Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une Vie de Setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Petites gens, grands sentiments, mystère immense

Petites gens, grands sentiments, mystère immense

"Petites gens, grands sentiments", a résumé le comité Nobel pour justifier son choix. Il aurait pu ajouter "mystère immense". C'est la profondeur de ce mystère, alliée à la limpidité du style, qui font la puissance de cette œuvre. Oui, Franzen a raison. Il faut lire Alice Munro."

C'est ainsi que Florence Noiville conclut son papier consacré à Alice Munro dans le Monde.

Bien sûr certains critiques avaient déjà couvert d'éloges l'oeuvre d'Alice Munro.

Alors quel recueil de nouvelles choisir parmi la dizaine constituant son œuvre? Les critiques s'accordent à conseiller de débuter par les fugitives

L'éditeur présente ainsi le recueil :

"Elles fuguent. S'échappent. S'en vont voir ailleurs. Elles : des femmes comme les autres. Par usure ou par hasard, un beau matin, elles quittent le domicile familial ou conjugal, sans se retourner. En huit nouvelles, Alice Munro met en scène ces vies bouleversées. Avec légèreté, avec férocité, elle traque les marques laissées par le temps et les occasions perdues."

Que dire de plus que toutes ces critiques élogieuses.... j'ai été conquise, immédiatement, irrémédiablement !

un petit extrait de la deuxième nouvelle : Hasard

"Il n'y avait que deux voyageuses dans la voiture panoramique. Deux femmes d'un certain âge qui n'étaient pas assises ensemble. Quand Juliet vit un grand loup traverser la surface enneigée, parfaite, d'un petit lac, elle sut qu'elles devaient le voir aussi. Mais ni l'une ni l'autre ne rompirent le silence et cela lui fut agréable. Le loup n'accorda aucune attention au train, ne marqua aucune hésitation, aucune hâte. Sa fourrure était longue, argentée, tirant sur le blanc. Croyait-il qu'elle le rendait invisible ?

Pendant qu'elle l'observait, un autre voyageur était arrivé. Il s'assit dans la même rangée qu'elle de l'autre côté du couloir. Il avait un livre, lui aussi. Un couple âgé suivit -elle, petite et vive, lui, grand, gros et maladroit, prenant de profondes inspirations heurtées et réprobatrices.

"il fait froid, ici" dit-il quand ils furent installés.

"veux-tu que j'aille chercher ta veste ?"

"Ne te dérange pas."

"Ça ne me dérange pas."

"Non, ça ira".

Bien sûr comme j'aime lire en série, trois autres recueils ont déjà augmenté la pile des livres à lire. D'autres brèves suivront ou pas.....

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article