C'était le titre de la dernière conférence proposée à l'UTL par Laurent Marchand, Directeur Adjoint de la rédaction de OF à Paris.

Début de conférence par une boutade amusée de L. Marchand devant l'affluence à sa conférence, alors qu'il "venait chasser sur les terres du Télégramme". La capacité maximum du Family (447 personnes) n'étant pas loin d'être atteinte, preuve de l'intérêt des membres de l'UTL pour ce thème d'actualité.

Un exposé clair de la situation actuelle et un mea-culpa très honnête sur le fait que personne, y compris les journalistes, n'avait su anticiper ces événements. Les seuls experts ayant une bonne compréhension de ce qui se passait ou allait se passer, c'est à dire les sociologues qui travaillaient sur place n'ayant plus, après la réaction occidentale aux attaques du 11 septembre, l'oreille des services de renseignements, ambassades ou autres politiques.

Son billet du 16 janvier posté sur son blog "Tout un monde" a un regard plutôt optimiste et positif sur les récents développements en Tunisie. Quant au billet de ce jour il analyse la situation de la Syrie, évoquée également dans un billet précédent du 6 janvier.

Une heure et demie d'exposé passionnant, suivi d'un échanges de questions/réponses même si l'on peut regretter que les supports utilisés n'aient pas été très lisibles.

 

Une très grande différence par rapport au conférencier précédent qui, à l'issue de sa conférence sur Anne de Bretagne, annonçait "qu'il détestait les questions, parce qu'il avait peur de ne pas savoir y répondre" (sic), attitude pour le moins curieuse pour un professeur. Les participants estomaqués se sont pliés à sa requête et ont quitté rapidement la salle.

 

Crédit photo Reuters/Anis Mili : Des milliers de Tunisiens ont célébré mardi 14 janvier le troisième anniversaire de la chute du Président Ben Ali

Crédit photo Reuters/Anis Mili : Des milliers de Tunisiens ont célébré mardi 14 janvier le troisième anniversaire de la chute du Président Ben Ali

Retour à l'accueil