La matinée est en général consacrée à la lecture de mes blogs préférés "Bon sens et déraison", entre autres, tout en sirotant un expresso. Quelle surprise de trouver cette reproduction ce matin à la fin d'un compte rendu d'exposition. Vous aurez tous compris pourquoi j'ai particulièrement aimé ce tableau.

Arthur Hughes (1832-1915) , Un Nuage passe

Printemps de la vie, printemps de l’amour, avec sa jeunesse et ses joies naissantes mais fragiles. Les coloris, sont traités avec raffinement, en accord avec l’impression de fragilité que le titre suggère : chevelure blond vénitien, robe rose pâle, teinte rousse du setter irlandais. Le chien, symbole de fidélité, semble partager l’inquiétude de sa maitresse. Le décor est celui d’une classe moyenne aisée. La cheminée en porcelaines de Delft, la plaque de biscuit Wedgwood et le miroir convexe semblent tout droit sorti de « the House Beautiful », magazine de décor intérieur lancé en 1896

Un nuage passe
Retour à l'accueil