Ce matin, le vent est enfin tombé et une éclaircie s'annonce. Après cette semaine d'inondation, il est temps d'aller faire gambader la miss sur sa grève préférée. D'habitude, elle est peu fréquentée, mais aujourd'hui les promeneurs sont nombreux et presque tous accompagnés de chiens. Encapuchonnés, écharpés et bottés, tous ont envie d'un grand bol d'air. Les aboiements des chiens et les ordres de rappel résonnent dans la baie. 

A l'entrée de la baie de gros rouleaux éclatent sur les rochers. Des nuages noirs s'accumulent au-dessus de Plouneour Trez. Heureusement le vent les repousse rapidement vers la mer, épargnant la baie. Soudain un début d'arc en ciel se dessine sur le ciel.

Défoulée, Ckéva revient à mes pieds signalant la fin de la promenade (ou plutôt son envie de rentrer dévorer sa gamelle).

Avant de rentrer, je fais un dernier arrêt à  Brignogan pour admirer les vagues. Les promeneurs sont encore plus nombreux ici, profitant du spectacle.

 

PS : ce titre fait référence à un mot d'enfant dû à mon jeune frère. Il ne savait pas encore prononcer les "r", mais avait déjà un fort esprit d'aventure et d'indépendance. Echappant à la surveillance des parents dans un camping de 35 ha près du cap Fréhel, il avait disparu, puis quand on l'avait enfin retrouvé, il avait expliqué : "je suis allé voir les glosses vagues"

 

Cliquez sur la photo pour la voir en grand !

"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
"Je suis allée voir les glosses vagues"
Retour à l'accueil