Il fut un temps où l'on programmait cette balade à vélo, et je me souviens que Papa mettait un point d'honneur à arriver le premier, grimpant en danseuse les derniers mètres. Cette fois-ci j'ai embarqué tout mon petit monde dans ma fidèle Twingo. Il faut ruser avec Ckéva, car elle n'est pas décidée à partager sa place, trop habituée à s'étaler seule à l'arrière. Papa doit monter en premier pour obliger la miss à n'occuper que sa place à l'arrière droit...

Le temps était de la partie, ciel bleu pommelé de beaux nuages blancs..Les villages sont très fleuris et les longères arborent leurs belles restaurations. Les anglais sont passés par là laissant derrière eux le nouveau nom de la maison "riverside" avec le panneau à vendre accroché en dessous. Ici, aussi, la crise est passée et de nombreuses maisons sont fermées affichant les écriteaux des agences immobilières.

En fin d'après-midi, changement de temps : une lumière d'orage transforme la Rance en acier luisant. Les doris tournent lentement selon les courants invisibles à la surface. Barques de pêcheurs dans mon enfance, ils sont devenus les bateaux "chics" à amarrer devant sa longère. Pourquoi pas si cela permet au chantier de travailler à nouveau....

Cliquez sur les photos pour les voir en grand....

De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
De l'autre côté de l'eau
Retour à l'accueil