Les peintres de l’Ecole de Pont-Aven et Paul Gauguin écrivent une page essentielle et incontournable de l’histoire de la peinture moderne.

A partir des années 1860-1870, le petit village de Pont-Aven attire les peintres, souvent anglo-saxons, qui y trouvent de nombreuses sources d’inspiration et apprécient l’hospitalité des habitants, les pensions et hôtels où règne une ambiance de « rapins ». Paul Gauguin, au plus profond de sa misère, y trouve refuge en 1886. A Pont-Aven puis au Pouldu, village au bord de la mer, il effectue quatre longs séjours jusqu’en 1894.

De la rencontre de Gauguin et d’Emile Bernard naît le synthétisme, nouvelle théorie esthétique qui constitue la première étape de l’art moderne.

Le paysagiste nantais Maxime Maufra rencontre en 1890 Gauguin et ses amis. Henri Moret a été également marqué pendant quelques années par les recherches du groupe.

Cependant, Maufra ne sera jamais un activiste du mouvement du groupe de Pont-Aven et finit par préférer une approche post-impressionniste des paysages parisiens, bretons et normands, ses sujets de prédilection.

Sources : Musée des beaux arts de Quimper

Vue du port de Pont-Aven de M. Maufra (Détail)

Vue du port de Pont-Aven de M. Maufra (Détail)

Retour à l'accueil