De Korejou à Saint Michel

Une jolie balade à Plouguerneau aujourd'hui. L'averse orageuse qui s'est abattue sur la voiture pendant que je choisissais ma destination du jour ne m'a pas découragée. Direction l'Ouest donc, car le ciel y semblait plus clair.

C'est même un grand soleil qui nous a accueillies à notre arrivée sur le petit port de Korejou, ou Corejou (les deux graphies existent). Peu d'activité sur le port, seul le son d'un burin sur une pierre animait la presqu'île de Penn Enez. François Breton, à l'abri d'une toile pour le protéger du vent d'Ouest continuait son oeuvre de longue haleine. Les rares promeneurs ne manquaient pas de s'approcher pour admirer les pierres déjà sculptées, allongées dans l'herbe comme autant d'ex-voto ou d'hommage au travail et aux traditions des plouguernéens.

A l'abri de la digue du port du Korejou, une jeune femme pratiquait le longe-côtes jambes nues, mais le haut du corps protégé d'un anorak et la tête enserrée d'un bonnet bien enfoncé.

Nombreuses sont les statues installées sur le port ou sur tout le territoire de Plouguerneau : oeuvres de François Breton ou de Jean Michel Appriou avec Ar Pagan en contrebas de la digue ou d'autres artistes réunis à l'initiative de François Breton lors de trois symposiums. Le blog Plouguerneau d'hier et d'aujourd'hui recense les différentes oeuvres produites à ces occasions et indique où l'on peut les découvrir. Peut-être l'occasion de concocter un jeu de piste artistique pour une prochaine sortie.

De Korejou à Saint Michel

Après avoir fait le tour de la presqu'île Penn Enez, et regardé les deux fours à chaux, témoins du passé de goémonier du port de Corejou, nous voilà parties en direction de Saint Michel. La lumière est fantastique et met en relief le lichen jaune des roches bordant le chemin. Les vagues écument à nos pieds en un grondement sourd. La miss galope et escalade tout rocher à sa portée et prend la pose de profil cette fois.

De Korejou à Saint Michel

Après un arrêt pour observer "Den Mein" de François Breton au milieu des fougères, j'aperçois le clocher de la chapelle Saint Michel.

De Korejou à Saint Michel


La chapelle Saint Michel faisait partie de l’ancienne paroisse de Trémenac’h annexée à Plouguerneau en 1792 ; En forme de croix, elle est dédiée à Saint Michel Archange. Mais personne ne s’y trompe : c’est « Saint Michel Le Nobletz » qu’on vient prier ici. Le fondateur des missions bretonnes, inventeur des cartes peintes, précurseur des bandes dessinées et tableaux de missions (taolennou), se retira dans cette solitude, en 1607-08 avant d’entreprendre une longue vie de prédication. Saint Michel a longtemps été un lieu célèbre de pardons et de pèlerinages. On y trouve deux fontaines de dévotion, l’une enfouie au pied de l’autel ; l’autre au nord-est de la grève qui porte son nom Aotif ar Feunteun, la petite grève de la fontaine.

De Korejou à Saint Michel

Pour revenir à la voiture je traverse le hameau de Trolouch et m'étonne au passage de voir deux pieds d'Arum déjà en fleurs, blottis le long d'un mur exposé plein sud. Plus loin sur un talus je cueille des montbretias qui n'ont sans doute pas cessé de fleurir depuis l'été.

Pour finir, un petit montage vidéo pour accueillir les nombreuses photos prises dans l'après-midi.

Retour à l'accueil