Le noroît soufflait en rafales

ce matin, à notre arrivée à Ode Vras. En descendant de la voiture, cette-fois ci bien équipée de mes jolies mitaines (Merci à ma chère A. !), j'ai aperçu la voile d'un kite surfeur. Le chemin de la plage était presque complètement obstrué par du sable, qui continuait sous les vagues de vent à s'empiler.

La mer était complètement blanche au bord de la plage, et j'ai pris rapidement quelques clichés avant d'aller me réfugier à l'abri de la dune.

Le noroît soufflait en rafales

Pas d'arrêt méditatif au bout de la dune cette fois-ci, car un crachin de grêlons (et oui c'est une nouvelle variante du crachin) a commencé à me fouetter le visage, ou ce qui apparaissait entre le bonnet complètement enfoncé et la capuche à visière rabattue sur le nez.

Le grain s'est éloigné rapidement vers l'intérieur des terres poussé par le vent en furie. Juste le temps de prendre quelques photos du petit port et d'admirer les assauts des vagues sur la digue de protection avant de rentrer se mettre au chaud.

Le noroît soufflait en rafales
Retour à l'accueil