Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale

L’imprimerie Oberthür occupe à Rennes une place particulière, même des années après sa liquidation. Elle fut pendant près de 150 ans le moteur de la vie rennaise, la plus grosse entreprise de la ville.

François-Charles Oberthür, né à Strasbourg en 1818 d’un père imprimeur-lithographe, fait ses premières armes à Paris, avant de venir s’installer à Rennes comme employé de l’imprimerie Marteville et Landais en 1838. Il devient rapidement l’associé de Landais et en 1852 reprend seul l’imprimerie rennaise ; il a alors 18 ouvriers. Menant une politique de diversification de sa production (il est à la fois imprimeur-lithographe et typographe), il augmente rapidement son chiffre d’affaires.

Sa clientèle est nombreuse, dans toute la France, et au-delà. Les administrations deviennent ses plus gros clients : la Poste pour les calendriers et le dictionnaire des Postes, la Compagnie des Chemins de fer de l’Ouest, le ministère des Finances…

Toujours à la recherche de progrès techniques, en relation avec les financiers parisiens, il développe son usine qui comptera 674 ouvriers à sa mort en 1893.

Ses fils lui succèdent et continuent son œuvre, tant sur le plan économique que sur le plan social. L’entreprise a une politique novatrice à l’égard de ses ouvriers, inspirée du catholicisme social : ceux-ci ont une mutuelle, un service médical, une société de gymnastique, sont bénéficiaires de retraite, etc. Enfin, une école d’apprentissage permet de former le personnel.

Créé en 1863-1864, avant la construction de l’hôtel particulier (1869) et de l’imprimerie (1869-1872), le parc est ouvert au public fin des années 1970.

 

Oberthür, une histoire familiale

Oberthür, fait aussi partie de mon histoire familiale. Mes parents s'y sont connus. Maman y était entrée en tant qu'apprentie. Papa y a été embauché dès la fin de ses études,  quelques années plus tard et à part un épisode picard, y a travaillé toute sa carrière jusqu'à la liquidation de l'entreprise.

Papa et moi avons profité de notre passage à Rennes pour faire un petit "pélérinage" et revoir son ancienne entreprise.

Le grand atelier, ayant été classé, a pu être préservé et abrite désormais de nombreuses entreprises du tertiaire. Le bruit des machines ne s'échappe plus au delà des murs, comme dans mon enfance, quand je passais devant en rentrant du lycée.

Le parc attenant à l'usine était réservé à l'usage de la famille Oberthür. Maman nous en parlait souvent. En tant qu'apprentie, elle y avait accès en rentrant de déjeuner. Elle évoquait aussi une grande fête, celle qui y avait été donnée le 16 septembre 1945 pour célébrer le retour des prisonniers. Les apprentis avaient été mis à contribution pour participer au spectacle. J'ai trouvé dans l'album familial quelques clichés pris à cette occasion. 

 

Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale

C'est donc avec beaucoup d'émotion que nous avons visité le parc. De jeunes mamans profitaient du soleil sur les bancs disposés autour de la pièce d'eau.

Le parc a été conçu et aménagé en 1863 par les frères Bülher qui conçurent également le parc du Thabor et le célèbre parc de la Tête d’or, à Lyon. La plupart des arbres sont d’époque. Tels ces grands chênes, ce cèdre de l’Atlas, ces séquoias de Californie et ce gingko biloba au tronc majestueux. Comme pour le parc du Thabor, la mode du Second Empire était d’importer des essences d’Afrique du Nord ou d’Amérique

Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale

D’une superficie de trois hectares, le parc est conçu comme un jardin paysager avec des reliefs et des perspectives, un effort de composition. Lorsque le promeneur se trouve à l’extrémité sud de l’étang, et tourné en direction de la villa, il dispose d’une belle perspective, avec l’eau, les cèdres et la façade blanche en tuffeau de la villa Oberthür.

Tout au fond du parc, une sorte de kiosque en bois vert date de l’origine. 

 

Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale
Oberthür, une histoire familiale

Quelques statues agrémentent le parc, dont une monumentale reprenant dans une curieuse interjection des symboles monétaires. Est-ce un hommage ironique à la division fiduciaire, seule activité ayant survécu à la débâcle de l'entreprise ?

Il s'agit de la statue réalisée par Jacques Villeglé, exposée temporairement dans le parc. Inauguration prévue en septembre prochain.

Retour à l'accueil