Pour fêter ses six années, la FHEL (Fondation Helène et Edouard Leclerc pour la culture) s'offre Picasso ! La presse nationale et régionale l'a largement annoncé, parfois étonnée, parfois, malheureusement avec aussi un peu de condescendance...Mais l'on s'en moque !

On ne compte plus les expositions consacrées à Picasso, un peu partout en France ou à l'étranger autour de la figure et l’œuvre de celui qui est sans doute le plus grand artiste du XXe siècle.

Alors pourquoi venir à Landerneau ? Pour voir les Picasso de Picasso !

Les œuvres viennent de la collection privée de Catherine Hutin, fille de Jacqueline Roque, que Picasso épousa en 1961. 200 peintures, dessins, céramiques, avec quelques inédits. Cette collection balaie toutes les grandes périodes de Picasso, et elle rassemble les œuvres qu'il aimait assez pour les avoir gardées auprès de lui. 

 

Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau

Picasso avant Picasso : Une paysanne âgée, de profil, aux joues comme des vieilles pommes et à l’air songeur.  L’une des premières toiles d’un adolescent talentueux, formé par son père : Pablo Ruiz Picasso, 14 ans seulement. Il signe alors encore avec les patronymes de son père et de sa mère, mais il ne gardera bientôt plus que le nom maternel. Ces œuvres de jeunesse ouvrent l’exposition.

 

Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau

Le parcours de cette monographie est clair, chronologique et mis en scène dans une scénographie aérée et débute par une section intitulée Cubismes

 

Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau

La période classique dans les années 20 présente une série de dessins d’une très grande beauté, quand Picasso croque sa première épouse, la danseuse russe Olga.

Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau

Métamorphoses : A partir de  1925, aux représentations surréalisantes d'Olga, souvent violentes et énigmatiques, viennent s'ajouter des images beaucoup plus calmes, métaphores érotiques que sa nouvelle compagne Marie-Thérère inspire à Picasso. C'est l'époque où apparaît le Minotaure, comme double de l'artiste.

Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau

Les années de ténèbre : A l'approche du nouveau conflit mondial se font sentir dans la peinture de Picasso de nouvelles découvertes et métaphores formelles, inspirées par le corps humains, le plus souvent celui de Dora Maar qui devient la femme qui pleure. Natures mortes, vues d'atelier, paysages de Paris révèlent l'enfermement de l'artiste lorsque la guerre éclate dans la capitale.

Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau

L'après-Guerre : La libération apporte à Picasso un nouveau souffle de créativité et cette fois en compagnie d'une nouvelle muse Françoise Gilot.

Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau

Une nouvelle lumière : La pratique fréquente de la céramique à Madoura a une conséquence déterminante : la rencontre avec Jacqueline Roque qui deviendra sa compagne puis sa femme. Picasso décide de se fixer définitivement dans le Sud.

Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau

Les ateliers : Avec l'acquisition en 1955, d'une grande villa bourgeoise "La Californie" Picasso dispose d'un très grand espace de vie et de création. La maison elle-même devient un motif privilégié pour l'artiste.

Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau

Femmes assises : A Mougins, Picasso va entamer une production de peintures d'une richesse exceptionnelle au sein de laquelle Jacqueline devient le modèle de toutes les femmes. Ainsi, en 1963, il fera d'elle plus de 160 portraits ! Le plus souvent il la représente assise, car il avait une prédilection pour cette pose.

Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau
Picasso à Landerneau

Les dernières années : Parvenu à 90 ans, Picasso réaffirme que la peinture est d'abord une affaire de désir. L'exubérance qui s'exprime par des teintes vives et de grands formats témoigne de l'extraordinaire pouvoir créateur de l'artiste.

La visite à caractère rétrospectif s'achève sur une grande salle présentant les toiles sauvages de la fin de sa vie, exécutées dans l’urgence, dans l’effervescence et avec une certaine exubérance et une sexualité joyeuse. En 1966, elles divisèrent le public, en choquèrent une bonne partie, lors d’une grande exposition hommage au Grand Palais et au Petit Palais à Paris. Le dernier tableau peint par Picasso - laissé peut-être inachevée sur son chevalet dans l’atelier, à sa mort en avril 1973 à l'âge de 91 ans - clôt fort logiquement l’exposition. Des "Figures" géométriques, dont l’une a des yeux ronds interrogatifs, ahuris, plantés en plein milieu de la composition.

Un petit clin d'oeil amical au toujours excellent blog de Jean-Yves Cordier, qui propose un axe très intéressant de visite : Jacqueline : un vrai portrait du Fayoum. A lire, avant ou après votre visite de l'exposition.

 

Enfin, pour davantage d'informations sur Picasso, n'hésitez pas à consulter les dossiers pédagogiques mis en ligne par le Musée Picasso de Paris ici

Pour mémoire : l'exposition est ouverte jusqu'au 1er novembre, de 10h00 à 18h00.

Pour toutes les infos, lieux, horaires, modalités de visite, cliquer ici et pourquoi ne pas se laisser tenter par le jeu concours proposé par la FHEL, expliqué dans la vidéo ci-dessous ?

 

Retour à l'accueil