Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une Vie de Setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Il y a cent ans....souvenons-nous !

De gauche à droite, les quatre frères : Léon, Eugène rajouté sur la photo car décédé en 1907, Jean-Baptiste et Yves.

De gauche à droite, les quatre frères : Léon, Eugène rajouté sur la photo car décédé en 1907, Jean-Baptiste et Yves.

C'est une boite en fer usée qui a recueilli au fil des ans les papiers "précieux" de la famille.

Je l'ai ouverte récemment et ai retrouvé avec émotion le livret militaire de mon grand-père, Jean-Baptiste, Louis, Marie, né le 7 octobre 1892 et décédé le 17 mars 1953.

Emotion en ouvrant son livret militaire : Jean-Baptiste, Louis, Marie appelé ; bon pour le service armé dans la classe de 1912, le 1er octobre 1913 sous le matricule 471. Incorporé le 8 octobre 1913 (service militaire), parti aux armées le 21 octobre 1915, Passé au 231e régiment d'artillerie le 1er avril 1917. Blessé et évacué le 16 juin 1917. Admis à la réforme le 3 septembre 1918.

Etonnement à lire le portrait succinct qu'en a dressé l'autorité militaire : 

description physique : cheveux châtains, yeux bruns, front : inclinaison fuyant, nez : dos convexe, visage long, taille 1,63 m. Profession : boulanger. Instruction générale : sait lire et écrire, natation : arrivé au corps nageur ordinaire (?). Instruction militaire commencée le 8 octobre 1913.

et à déchiffrer la "liste des effets de toute nature dont l'homme est détenteur" :

En octobre 1913 : Une capote réf. i10, une culotte de soldat, une veste de drap, un képi de 1ere tenue de soldat, une paire de brodequins i12, une paire de brides d'éperons et sous-pieds, une paire de jambières de cuir, une paire de jambières, un ceinturon, un étui de revolver, une lanière de revolver, un petit bidon, un étui à bidon, qui sera renouvelé en 1914, une courroie à bidon, un revolver n° 4373 G, un sabre n° 3340, une brosse en chiendent en octobre 1913, renouvelée en juin 1914, une boite à graisse à deux compartiments, un bonnet de police (?) en juin 1914, un bourgeron de toile en 1913, puis avril 1914, des bretelles de pantalon, une brosse à boutons, une brosse à cheval, une brosse à habits, une brosse à laver, une brosse à reluire, une brosse double à chaussures, une brosse pour armes, trois caleçons, trois ceintures de laine ou de flanelles, une paire de chaussons, une paire de gants, trois chemises, une corde à fourrage, trois cols, une cuillère, une dragonne de sabre, une paire d'éperons, une éponge en 1913, une autre en juin 1914, une étrille, un étui-musette, un fouet, une fourchette, trois mouchoirs, une musette de pansage, un pantalon de toile en octobre 1913, un second en avril 1914,une paire de sabots-galoches en 1913, une deuxième en mars 1914, un sac à avoine, un sac de petite monture, une serviette, un quart, un torchon, une trompette avec courroie en décembre 1913, une trousse garnie, un tablier bleu. Quelle liste incroyable mélangeant effets du soldat et de son cheval !

Deux papiers jaunis dépassent du livret militaire :

Le certificat d'origine de blessure de guerre

"André Perrin, capitaine commandant, 1er témoin
Robert Eugène Lallemand, Aspirant 2e témoin
Henri Bourmault, Maréchal des logis, 3e témoin
certifions que L........ Jean, Baptiste, Louis, Marie, trompette immatriculé sous le n° 2545 le 16 juin 1917 à 
6 heures du matin a été atteint à la tête et au genou gauche par des éclats d'obus à proximité de la position de batterie au cours d'un ravitaillement en vivres.
Fait aux armées le 16 juin 1917"

 

Le certificat de médaille militaire :

"extrait d'ordre 1294 vous conférant la médaille militaire avec croix de guerre à L............ Jean-Baptiste, Louis, Marie, 

Ordre général n° 170
Le Général Commandant de la 5e Division d'Infanterie
cite à l'ordre de la division
L............ Jean-Baptiste, Louis, Marie Matricule 2545, Trompette à la 27e batterie du 231 Rgt d'Artillerie :
"Agent de liaison de la batterie, a donné dans ses fonctions, à de nombreuses reprises, les preuves
les plus sérieuses de bravoure et de devoir. Le 16 juin, pris au milieu d'un bombardement d'une densité
extrême, n'a pas hésité à essayer de le franchir pour remplir sa mission et a été blessé très
grièvement
signé le général de Roig Bourdeville
Commandant la 5e Division d'Infanterie
signé : de ROIG BOURDEVILLE"
 

Commandant la 5e Division d'Infanterie
signé : de ROIG BOURDEVILLE

Ordre n° 5294 D
La médaille militaire a été conférée au Trompette de réserve L............, Jean-Baptiste, Louis, Marie de la 27e Batterie du 231e Régiment d'Artillerie
"Très bon soldat, énergique et brave. Grièvement blessé, le 16 juin 1917, en se portant en avant sous un violent bombardement pour accomplir la mission dont il était chargé. Perte d'un œil.
La présente nomination comporte l'attribution de la croix de guerre avec palme.
Le Général Commandant en chef,
P.O. le major Général
signé : DEBENEY"

 

Quelques pages jaunies au fond d'une boite.....cent ans après.... Souvenons-nous ! 
 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article