Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une Vie de Setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Plaisir de lecture

Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture
Plaisir de lecture

A quoi tient le plaisir de la lecture ? A chaque lecteur sa réponse.

Qu'est-ce qui déclenche le choix d'un livre parmi tant d'autres ?

J'ai commencé à lire en me cantonnant à un auteur. Je me souviens du vertige qui m'a pris, lorsque j'ai eu accès au rayon "adulte" de la bibliothèque municipale de Rennes. Par où commencer ? A 14 ans, j'avais lu l'ensemble des livres proposés au rayon enfants et j'avais demandé à avoir accès au reste de la bibliothèque. Papa m'avait dûment signé la dérogation demandée par la bibliothécaire.

Pas de couvertures attrayantes et colorées comme à l'étage des enfants, mais des rangées de livres tous identiques ou presque, reliés en gris-bleu. J'ai reconnu un auteur du programme et ai commencé à avaler une dizaine de tomes de la comédie humaine, puis j'ai continué avec les autres auteurs classiques : Zola, Flaubert, Stendhal, de Maupassant.

J'ai longtemps continué à lire ainsi, même en explorant d'autres types de littérature. Si je découvre un auteur qui me plait, je lui reste fidèle et lis ses romans, jusqu'à m'en lasser parfois...

J'ai découvert Olivier Adam par hasard, d'abord par la lecture des "lisières" ; séduite, j'ai ensuite enchaîné la lecture des romans précédents, puis des suivants, préférant la lecture de ses romans aux adaptations cinématographiques. Même la meilleure adaptation ne vaut pas le plaisir que l'on a à imaginer les personnages. La lecture permet de se poser, de réfléchir, de rêver, de laisser dériver son imagination ou ses souvenirs.

"Une partie de badminton" n'a pas reçu une critique élogieuse, loin de là. Mais fidèle à l'auteur, je ne me suis pas détournée.

J'y ai pris même beaucoup de plaisir, déambulant avec le "double" d'Olivier Adam, "Paul Lerner" entre Saint Lunaire, Saint Malo ou Cancale.

Prendre un café à "la paillotte", ou au "petit Saint Lu", s'asseoir sur les gradins de la plage de Lonchamp et regarder les surfeurs, déambuler dans les rues de Saint-Lunaire, c'est un peu comme si l'été ne s'était pas arrêté... (même si la déambulation n'est qu'anecdotique et ne constitue absolument pas le sujet du roman).

J'ai trouvé des trésors cet été dans les nombreuses boites à livres de Saint-Lunaire.

Chaque jeudi, je continue ma cueillette dans la boite mise à disposition par la propriétaire du Petit Saint-Lu,  lors de ma balade hebdomadaire avec Papa.

Y trouverai-je un jour parmi d'autres livres "une partie de badminton" comme une jolie mise en abyme ?

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article