Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une Vie de Setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Quand le temps s'étire

Profiter de ce confinement pour découvrir de nouveaux horizons, c'est la proposition que je viens d'accepter...Ceux qui me connaissent, dans la vraie vie, savent que l'une de mes marottes est l'étude des langues...alors j'ai décidé de me lancer dans l'apprentissage du grec...

Aussitôt ma décision prise, j'ai commandé la méthode que j'ai utilisée dès l'enfance  et puis j'ai rouvert le compte de la petite chouette, qui propose aussi cette langue dans son appli.

Mais les services de la poste étant ralentis par le confinement, je me suis tournée d'abord vers YT pour réviser mes classiques.

Boats in calm water - Theofrasto Triantafyllidis

Boats in calm water - Theofrasto Triantafyllidis

Les enfants du Pirée

(Paroles Manos Hadjidakis)

Depuis ma fenêtre j'envoie
un-deux et trois et quatre baisers
qui arrivent au port
un et deux et trois et quatre oiseaux

Comme je voudrais en avoir un et deux
et trois et quatre enfants
qui quand ils grandiront tous
ils deviendront des braves gars pour l'amour du Pirée

Autant que je cherche, je ne trouve un autre port
qui me rende folle autant que Le Pirée
Où, quand le soir arrive, ses chansons déroule
change sa partition, et, se remplit de garçons

De ma porte dès que je sors
il n'y a pas un que je n’aime pas
et quand le soir je m’endors, je sais que -
Je sais que je rêverai de lui

Une parure de pierres autour du cou, et une pe-,
et une pe-, une perle en amulette
parce que le soir quand je sors sur le port j’attends
quelque inconnu à rencontrer

Autant que je cherche, je ne trouve un autre port
qui me rende folle autant que Le Pirée
Où, quand le soir arrive, ses chansons déroule
change sa partition, et, se remplit de garçons

Τα παιδιά του Πειραιά

Aπ' το παράθυρό μου στέλνω
ένα-δύο και τρία και τέσσερα φιλιά
που φτάνουν στο λιμάνι
ένα και δύο και τρία και τέσσερα πουλιά

Πώς ήθελα να έχω ένα και δύο
και τρία και τέσσερα παιδιά
που σαν θα μεγαλώσουν όλα
θα γίνουν λεβέντες για χάρη του Πειραιά

Όσο κι αν ψάξω, δεν βρίσκω άλλο λιμάνι
τρελή να με 'χει κάνει, όσο τον Πειραιά
Που όταν βραδιάζει, τραγούδια μ' αραδιάζει
και τις πενιές του αλλάζει, γεμίζει από παιδιά

Aπό την πόρτα μου σαν βγω
δεν υπάρχει κανείς που να μην τον αγαπώ
και σαν το βράδυ κοιμηθώ, ξέρω πως
ξέρω πως, πως θα τον ονειρευτώ

Πετράδια βάζω στο λαιμό, και μια χά-
και μια χά-, και μια χάντρα φυλακτό
γιατί τα βράδια καρτερώ, στο λιμάνι σαν βγω
κάποιον άγνωστο να βρω

Όσο κι αν ψάξω, δεν βρίσκω άλλο λιμάνι
τρελή να με 'χει κάνει, όσο τον Πειραιά
Που όταν βραδιάζει, τραγούδια μ' αραδιάζει
και τις πενιές του αλλάζει, γεμίζει από παιδιά

En cherchant une illustration pour ce post, j'ai trouvé cet article présentant les très nombreuses versions des enfants du Pirée, interprétées dans tant de langues différentes et surtout racontant toute l'histoire de ce tube....

Puis continuant mon exploration, j'ai découvert cette chanson, dont les paroles sont beaucoup plus acides....

Ah Greece, 1984 -Paroles de Manolis Rasoulis

Joie au Grec qui oublie le Grec
et à Chicago vit en liberté
celui qui ne connaît pas et n'aime pas
, tu es toujours coupable et tu es pauvre
et à Athènes il vit à l'étranger

Ah Grèce, je t'aime
et je te remercie profondément
car tu m'as appris et je sais
respirer où que je
sois, mourir là où je marche
et ne pas souffrir

Ah, Grèce, je vais te le dire
avant de crier
13 fois le coq , tu
me nies, tu me fais chanter , tu t'agrippes à moi
comme un non-sens, tu me jettes
mais tu te raccroches

La patrie la plus douce
est le cœur d'
Ulysse s'est tourné vers moi
que les sols saints de la
douleur et de la joie

Tout le monde est celui
qui a une douleur limite
et je suis de ceux
qui se moquent de toi

Ah Grèce, je t'aime
et je te remercie profondément
car tu m'as appris et je sais
respirer où que je
sois, mourir là où je marche
et ne pas souffrir

Ah, Grèce, je vais te le dire
avant de crier
13 fois le coq , tu
me nies, tu me fais chanter , tu t'agrippes à moi
comme un non-sens, tu me jettes
mais tu te raccroches

.

Ach Ellada -Níkos Papázoglou


Χαρά στον Έλληνα που ελληνοξεχνά
και στο Σικάγο μέσα ζει στη λευτεριά
εκείνος που δεν ξέρει και δεν αγαπά
σάμπως φταις κι εσύ καημένη
και στην Αθήνα μέσα ζει στη ξενιτιά
Αχ Ελλάδα σ' αγαπώ
και βαθιά σ' ευχαριστώ
γιατί μ' έμαθες και ξέρω
ν' ανασαίνω όπου βρεθώ
να πεθαίνω όπου πατώ
και να μη σε υποφέρω
Αχ Ελλάδα θα στο πω
πριν λαλήσεις πετεινό
δεκατρείς φορές μ' αρνιέσαι
μ' εκβιάζεις μου κολλάς
σαν το νόθο με πετάς
μα κι απάνω μου κρεμιέσαι
Η πιο γλυκιά πατρίδα
είναι η καρδιά
Οδυσσέα γύρνα κοντά μου
που τ' άγια χώματα της
πόνος και χαρά
Κάθε ένας είναι ένας
που σύνορο πονά
κι εγώ είμαι ένας κανένας
που σας σεργιανά
Αχ…

Irene Paka - Les enfants du Pirée II

Irene Paka - Les enfants du Pirée II

Prenez soin de vous et des autres

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article