Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une Vie de Setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Poulenc pour clôturer la saison

Poulenc pour clôturer la saison

C'est avec le dialogue des carmélites, que se conclut la saison 2018-2019 des retransmissions d'opéra en direct du NY Metropolitan Opera.

Et cette soirée sera une première pour moi et sans doute pour les quelques personnes qui y assisteront ce soir. En général, à Brest, ce genre de répertoire n'attire pas les foules....

Quelques recherches sur Olyrix m'ont permis d'en savoir un peu plus :

"Création de l'opéra :

Francis Poulenc reçoit en mars 1953 une commande de Guido Valcaranghi, directeur des éditions Ricordi, pour un ballet destiné à la Scala de Milan. Le compositeur ayant décliné cette proposition et préférant composer un opéra plutôt qu'un ballet, Valcaranghi lui soumet l'idée d'un livret sur la pièce Les Dialogues des Carmélites de Georges Bernanos, publiée à titre posthume en 1949. Poulenc avait vu celle-ci à deux reprises et dès le mois de juin 1953, et travaille sur le découpage de la pièce avant de s'atteler à la composition entre le mois d'août de la même année et septembre 1955. L'orchestration est achevée en juin 1956.
Il s'agit du deuxième opéra de Francis Poulenc après Les Mamelles de Tirésias (1947), composé sur un texte de Guillaume Apollinaire. Loin de la légèreté de ce premier opéra-bouffe, le sujet ainsi que le cadre de la communauté religieuse des Carmélites n'ont rien d'étonnant au vu de la place de la musique spirituelle dans l'œuvre de Poulenc. Il dit lui-même être en adéquation complète avec la conception spirituelle de Bernanos. Phénomène plus flagrant encore, le compositeur n'a cessé de s'identifier à l'héroïne Blanche de la Force, en proie à la peur de la mort, alors même qu'il traverse une période particulièrement difficile de sa vie (problèmes de santé et mort de son compagnon Lucien Roubet).Après de longues négociations pour obtenir les droits sur la pièce de Bernanos, la création des Dialogues des Carmélites est programmée en italien à la Scala de Milan le 26 janvier 1957. L'opéra est bien accueilli mais les décors ne conviennent pas à Poulenc, qui préfère un style plus dépouillé pour laisser primer la musique. La première représentation en français, donnée le 21 juin 1957 à l'Opéra de Paris, est sous le contrôle du compositeur pour la mise en scène : c'est un véritable triomphe. C'est notamment pour cette production que Poulenc composa les interludes orchestraux pour des raisons scéniques. Les Dialogues des Carmélites figurent à présent parmi les opéras du XXe siècle les plus populaires.


Les Carmélites : mémoires de Mère Marie de l'Incarnation L'histoire des Carmélites de Compiègne est avant tout un fait historique : l'exécution de seize nones du couvent remonte au 17 juillet 1794, à dix jours de celle de Robespierre marquant la fin de la Grande Terreur. L'événement a été relaté par une des nones rescapées, Mère Marie de l'Incarnation. Puis ce fait historique est devenu une fiction sous la plume de Gertrud von Lefort, dans une nouvelle publiée en allemand en 1931 (« Die Letzte am Schafott », littéralement « La Dernière à l'échafaud »). C'est précisément dans cette version romancée qu'apparaît l'héroïne Blanche de la Force, dont le nom résonne étrangement avec celui de l'auteure. Puis en 1947, le Révérend-Père Brückberger et Philippe Agostini demandent à Georges Bernanos d'adapter la nouvelle de Lefort pour le cinéma. Bien que le scénario prévu pour le film n'ait pas immédiatement vu le jour, les Dialogues des Carmélites de Bernanos sont publiés à titre posthume et sont mis en scène au théâtre par Jacques Hébertot en 1952. C'est ainsi que le directeur des éditions Ricordi, Guido Valcaranghi, ainsi que sa femme, Margarete Wallman, découvrent les Dialogues. Quant à Poulenc, il avait assisté à deux représentations de la pièce et connaissait l'œuvre de Bernanos."

Je vous invite à lire ici la suite de l'article, en particulier les clés d'écoute de l'opéra.

 

Quelques extraits vidéo mis en ligne par le Met :

J'aime lire les critiques du NY Times, car elle donne souvent une indication sur la soirée à venir.  Cette fois-ci l'angle de l'article choisi annonce l'arrivée d'une nouvelle génération d'artistes au Met,  et évoque les choix du Directeur Musical Y. Nezet-Seguin.

C'est plutôt sur le site Operawire que ma chère V. trouvera une véritable critique de l'opéra présenté ce soir.

P.S. Ci-dessous une merveille,  production du service public pour la télévision, il y a 35 ans, adaptée du texte de Bernanos, avec entre autres : Suzanne Flon, Madeleine Robinson, Nicole Courcel.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article