Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Epitaphe – Un jour de mai, tu m’as abandonné * Μέρα Μαγιού μου μίσεψες - Giannis Ritsos

lamentation d’une mère devant le corps de son fils mort

lamentation d’une mère devant le corps de son fils mort

C’est en mai 1936 que Ritsos fait une apparition éclatante sur la scène littéraire, quand la répression sanglante de la manifestation des ouvriers des manufactures de tabac à Thessalonique lui inspire Épitaphe, lamentation d’une mère devant le corps de son fils mort et chant de protestation contre l’injustice sociale.

Ce long poème, qui combine la versification de la chanson populaire et la langue savante, les échos des lamentations de la Vierge et des chants funèbres traditionnels, est publié par le journal de Parti communiste.

Sous le coup de la censure, Épitaphe a « l’honneur » d’être brûlé aux côtés des ouvrages de Marx, Lénine, Gorki, Anatole France… Dès lors, le destin de Ritsos sera intimement lié aux tourments de l’histoire grecque.

Sources :

 

Mikis Theodorakis a mis en musique ce poème, chanté ici par Maria Farantouri :

 

En voici un extrait :

Μέρα Μαγιού

Μέρα Μαγιού μου μίσεψες μέρα Μαγιού σε χάνω
άνοιξη γιε που αγάπαγες κι ανέβαινες απάνω

Στο λιακωτό και κοίταζες και δίχως να χορταίνεις
άρμεγες με τα μάτια σου το φως της οικουμένης

Και μου ιστορούσες με φωνή γλυκιά ζεστή κι αντρίκεια
τόσα όσα μήτε του γιαλού δεν φτάνουν τα χαλίκια

Και μου 'λεγες πως όλ' αυτά τα ωραία θα ‘ν' δικά μας
και τώρα εσβήστης κι έσβησε το φέγγος κι η φωτιά μας

UN JOUR EN MAI

Un jour en mai tu es parti, et je te perds,

mon fils, qui aimais tant monter, après l'hiver


sur la terrasse et tout voir à la ronde,

trayant des yeux sans fin la lumière du monde


et me conter de ta voix douce, chaude et fière

plus d'histoires qu'il n'est de galets dans la mer.


Tu disais, ces trésors un jour seront à nous,

mais sans toi j'ai perdu feu et lumière et tout

 

Traduction : Michel Volkovitch

Epitaphe - Le poème complet en version originale

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article