Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Penfoulic : entre mer et bois...

Penfoulic : entre mer et bois...

Au printemps dernier, à l'issue de notre promenade entre Beg Meil et Cap Coz, nous avions aperçu le début du sentier contournant l'anse de Penfoulic et avions décidé d'y revenir. 

 

Penfoulic : entre mer et bois...

Après notre longue balade dans les dunes de Trévignon, la semaine passée, nous voulions profiter de la période de nidification pour tenter d'apercevoir des oiseaux et avons donc privilégié cette balade, parmi toutes celles que nous avons inscrites à notre planning.

Un sentier très large et accessible mène à la digue.

Un sentier très large et accessible mène à la digue.

Nous avons choisi de suivre l'itinéraire proposé par  visorando.com. Une très belle boucle qui nous a permis de faire le tour de l'anse, de déjeuner à Port-Laforêt et de rentrer vers Port Coz, où nous avions laissé la voiture, en observant poneys shetlands, hérons cendrés et canards le long des canaux aménagés dans les bois de Penfoulic.

Penfoulic : entre mer et bois...

Marée basse à notre arrivée sur la lagune de Penfoulic. Mais tout d'abord, avant d'entamer la balade photographique, un peu d'histoire sur ce site, qui fut profondément transformé par la main de l'homme.

Reconstruite en 1840 par Monsieur de Poulpiquet, la vieille digue qui existait déjà en 1754 n’a pas changé depuis. À l’origine, elle servait d’appui à un moulin dont le souvenir semble effacé de la mémoire des hommes.

Pourtant, la ferme au nord se nomme « Coat Veil Vour », c’est-à-dire le Bois du Moulin de Mer et l’on peut encore voir les soubassements de cette construction à l’entrée de la digue.

De 1840 à 1870, cet endroit servait à produire des moules dans des bassins construits à cet effet. La digue, comme les bassins, était munie de vannes qui permettaient de garder l’eau durant les basses mers.

Vers 1860, ce pionnier de l’aquaculture tenta l’élevage du saumon dans des bassins situés en face du manoir mais une forte marée eut raison de cet essai. C’est alors qu’il envisagea la construction de la grande digue en aval de ses bassins à moules pour élever des poissons de mer.
 

Marée basse dans l'anse de Penfoulic
Marée basse dans l'anse de Penfoulic

Marée basse dans l'anse de Penfoulic

Derrière la petite barrière nous apercevons une famille nombreuse de cols verts.
Derrière la petite barrière nous apercevons une famille nombreuse de cols verts.
Derrière la petite barrière nous apercevons une famille nombreuse de cols verts.

Derrière la petite barrière nous apercevons une famille nombreuse de cols verts.

Après quelques années de fonctionnement, M. de Poulpiquet se rendit compte que des améliorations pouvaient être apportées concernant le circuit de l’eau. En effet, l’apport d’eau douce du bassin versant freinait ou ne permettait pas la croissance de certaines espèces de poissons marins.

Il imagina et aménagea alors un système de canaux périphériques d’eau douce. Achevés en 1878, il permirent de maintenir un taux de salinité stable dans l’étang.

Ce réseau de canaux permettait de drainer les eaux douces venant de Pen al Len et du bassin versant Nord de l’étang. Un petit aqueduc fut même réalisé permettant au ruisseau de changer de rive. Ainsi canalisé, le ruisseau tournait artificiellement autour du grand étang.

 

 

La fameuse digue et son moulin à marée
La fameuse digue et son moulin à marée
La fameuse digue et son moulin à marée
La fameuse digue et son moulin à marée
La fameuse digue et son moulin à marée

La fameuse digue et son moulin à marée

Après de longues démarches (1er plan fourni en 1864), Monsieur de Poulpiquet obtint la concession d’endigage le 6 avril 1868. En 1871, un an après le début de sa construction, la grande digue qui barre les ruisseaux de Penfoulic était achevée.

Avant cette date, le cadastre de 1840 montre bien qu’à marée haute, la mer s’avançait jusqu’au Manoir de Penfoulic et à Pen al Len. Cette grande digue a été construite pour aménager un vaste réservoir à poissons. L’étang ainsi formé couvre 6 ha.

Source : Tourisme-Fouesnant

Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...

Après avoir traversé la digue, nous retrouvons le sentier côtier qui longe les belles maisons de Kermor, dont nous avions aperçu les façades depuis Cap Coz. On pourrait se croire dans le golfe du Morbihan... où belles propriétés et chantiers ostréicoles se succèdent. Sur les vasières, nous apercevons notre premier héron et déjà quelques aigrettes.

 

Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...

Nous arrivons aux viviers de La Forêt, traversons le vieux port et ses jolies maisons, puis après avoir traversé une autre petite digue, nous arrivons au port de plaisance.

Nous trouvons notre coin pique-nique mi-ombre - mi-soleil et déjeunons face aux bateaux de course. Un peu d'activité semble reprendre sur l'un des bateaux, équipiers en haut du mat, pendant que les autres avitaillent le bateau.

Penfoulic : entre mer et bois...

Après avoir salué les maîtres du petit chien qui gardait la maison sur roulettes, garée sur le port, nous repartons à la recherche des lavoirs indiquant la seconde partie de notre circuit.

Penfoulic : entre mer et bois...

Nous remontons un chemin creux, qui semble creusé dans la roche, nous menant aux étangs et canaux s'étendant sous les bois de Penfoulic. A nouveau un petit lavoir, ou une fontaine nous indique où tourner dans ce dédale de sentiers ombragés. Une trouée nous permet d'apercevoir un shetland en pleine sieste au soleil. Une autre des hérons à la pêche.

Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...

Le long du chemin forestier qui nous ramènera à la digue, se succèdent les petits portails de bois ouvrant sur des jardins superbes abritant des maisons de rêve à leur extrémité.

Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...

Après avoir demandé notre chemin, nous retrouvons plus ou moins notre circuit et l'anse de Penfoulic recouverte par les eaux.

Penfoulic : entre mer et bois...
Penfoulic : entre mer et bois...

Une très belle balade à refaire en début d'hiver quand les oiseaux migrateurs installent leurs quartiers dans les étangs et sous-bois, en incluant cette fois-ci ce circuit aménagé sur l'autre rive du ruisseau de Pen al Len.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article