Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Retour des passereaux

Les passereaux sont de retour...et avec la baisse des températures, on les aperçoit à nouveau à proximité de la maison. Quelques mangeoires ont été préparées à leur intention. Les premiers au rendez-vous sont les mésanges bleues et charbonnières.

Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux

Plus loin dans les chênes, ce sont les Garrulus glandarius ou geais qui s'activent. C'est un peu flou, car ils sont beaucoup plus craintifs que les passereaux et ne restent que très peu de temps sur la pelouse à chercher les glands au milieu des feuilles mortes.

Mon ami WIKI nous apporte quelques précisions sur son régime alimentaire : Il se nourrit de larves et d'insectes comme la mésange et le moineau et il a aussi une alimentation végétale. Il affectionne particulièrement les glands des chênes qu'il cache pour l'hiver, et en particulier du chêne pédonculé. Il se régale de préférence de glands qu'il sélectionne rigoureusement en fonction de leur maturité, de leur taille et de leur qualité, en particulier, il veille à ce qu'ils soient exempts de parasites. Au printemps et en été, il se nourrit des glands enterrés et qui ont germé, mais aussi d'autres graines diverses, qu'il n'hésite pas à aller chercher dans les cultures à la lisière des bois. Il apprécie particulièrement le maïs, qui dans certaines zones est devenu une part importante de sa consommation, mais il n'est pas réellement considéré comme nuisible du fait que ses prélèvements sont suffisamment limités et localisés.

Sous son bec, il possède une petite poche dans laquelle il peut aisément stocker les graines qu'il récolte. La capacité de cette poche est de trois à quatre glands qu'il peut ainsi transporter avant de les cacher, car tout au long de l'automne, il se constitue des réserves, qu'il dissimule sous des racines, des mousses, à l'intérieur de souches d'arbre ou même sous le tapis de feuilles. Pour retrouver ses réserves, il a la capacité de mémoriser des points de repères qu'il observe soigneusement. Lorsque les points de repères ne sont pas suffisants, il va jusqu'à placer à côté de sa cachette des petits cailloux qu'il utilisera comme autant de balises. Cependant si ses points de repères sont déplacés ou disparaissent, le geai des chênes devient incapable de retrouver la cachette de ses réserves.

Ainsi le geai des chênes est le meilleur propagateur des chênes et des hêtres. Il a été estimé que chaque geai des chênes disperse plus d'un millier de glands chaque année. Il en mange une partie d'entre eux et en oublie une autre qui pourra germer et croître.

Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour des passereaux
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article