Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !

Après un petit tour à l'ossuaire Saint Cadou, pour découvrir sa cheminée (L'ossuaire servit d'habitation au sacristain au XIXe...) et voir de près les moulages de quelques statues  à observer en cheminant dans Landerneau, j'ai  profité des anecdotes délivrées par la guide de la Sprev lors de ma visite de Saint Thomas.

Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !
Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !
Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !
Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !
Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !
Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !
Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !
Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !

Ma charmante guide, après avoir rappelé l'histoire du dédicataire de l'église, m'a présenté quelques éléments de statuaire remarquables.

Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !
Saint Thomas a vu les deux pieds droits de l'Enfant !

comme la vierge couchée.

"Cette Vierge couchée de Landerneau se rapproche de celle du tympan du porche de la basilique du Folgoët (1423), et, par le même atelier mais un peu plus tardive, de celle du tympan du porche de l'église de La Martyre (1450-1468) : les trois œuvres sont du XVe siècle, et Landerneau est séparé du Folgoët de 17 km , et de La Martyre de seulement 9 km"

La vierge couchée

La vierge couchée

Sur son blog, Jean-Yves Cordier y consacre un long article très documenté.

 

Autre statue remarquable : Sainte Anne trinitaire

Sainte Anne trinitaire

Sainte Anne trinitaire

La sainte Anne trinitaire, parfois appelée sainte-Anne-en-tierce ou sainte Anne ternaire, est un thème iconographique chrétien anciennement connu sous le nom de sainte Anne, la Vierge et l'Enfant. Il s'agit d'une image de dévotion associant la grand-mère Anne, la mère Marie et l'Enfant Jésus.

Le thème se développe dans le cadre du culte rendu à sainte Anne. Absentes des textes canoniques bibliques, la figure et l'histoire de la sainte proviennent du récit apocryphe grec du Protévangile de Jacques ainsi que de son adaptation latine, l'Évangile du Pseudo-Matthieu. En outre, la propagation des récits de La Légende dorée rédigée entre 1261 et 1266 par Jacques de Voragine en assied définitivement l'installation dans la culture populaire.

Le motif initial mettant en scène la figure de sainte Anne est un binôme issu de la tradition orientale où elle est associée à sa fille Marie. Parvenu en Europe à la suite des croisades, le motif se voit adjoindre la figure du Fils, dès la seconde moitié du xiiie siècle dans le Saint-Empire romain germanique et à partir du xive siècle en Italie. La représentation de la sainte Anne Trinitaire prend son essor véritable dans l'Occident chrétien à partir du milieu du xive siècle et connaît son apogée entre la fin du xve siècle et le début du xvie siècle, notamment en Italie ainsi que dans les pays de culture germanique où elle subsiste jusqu'au xviie siècle.

Le thème est présent sur tous les supports mais apparaît principalement sous forme de sculpture et de peinture. Bien qu'ayant évolué au cours du temps, ses caractéristiques iconographiques ont toujours pour but de signifier la dépendance physique et la subordination de Marie et Jésus envers Anne. Ainsi les œuvres adoptent parfois un caractère antinaturaliste, où Marie et sa mère peuvent avoir le même âge et la première être miniaturisée ; de même, il arrive que Marie soit représentée comme une petite fille à peine plus âgée que son fils. Deux types de composition cohabitent : une composition verticale directement issue de la tradition byzantine, où la sainte domine sa descendance et que l'on trouve plutôt en Italie, et une composition horizontale qui dérive de la première et a la faveur des pays du nord de l'Europe.

Dans la première moitié du xvie siècle, le thème connaît un relatif reflux après les critiques de Martin Luther puis du concile de Trente, qui remettent en cause le rôle de sainte Anne et sa dévotion qui est alors considérée comme déplacée : sont incriminés l’épisode légendaire du triple mariage de la sainte, de même que l'impossibilité pour Marie, alors adulte, de côtoyer sa mère qui est morte lors de sa prime enfance ; certains chercheurs considèrent par ailleurs que ces critiques constitueraient également la remise en cause de ce qui est en fait vu comme la résurgence d'un culte païen antique d'autant plus grave qu'il concerne une figure féminine.

Source : Wikipedia.

Puis les sablières, thème auquel Jean-Yves Cordier consacre ici un long article plein d'humour :

"Si vous aimez comme moi les scènes truculentes de l'art faussement naïf des sablières bretonnes, j'ai un cadeau pour vous, avec des poules, un cochon, un tonneau et ... Ah non, je n'en dis pas plus, car j'ai d'abord fait le tour de l'ensemble de la charpente, et failli clore ma visite, avant de faire cette découverte. Alors, suivez-moi depuis le début, et patience"

Les sablières de Saint Thomas

Les sablières de Saint Thomas

Notre petite guide a, elle aussi,  trouvé de quoi amuser et retenir l'attention de ses visiteurs, même s'ils sont des lecteurs attentifs des blogs et autres sites pointus consacrés à l'architecture...

Distraction du sculpteur ?

Distraction du sculpteur ?

"Regardez attentivement la statue de la vierge"...

(j'ai rendu ma langue au chat) ; je n'ai pas remarqué l'erreur du sculpteur qui a fait deux pieds droits à l'enfant Jésus...

Sainte Barbe

Sainte Barbe

Connaître les attributs des saints permet de les identifier...la tour pour Sainte Barbe, mais j'avais oublié les détails de la légende rappelée par notre petite guide...

Barbe est la fille unique de Dioscore, un riche notable païen de Nicomédie. Secrètement habitée par la foi, elle repousse les demandes en mariage qui lui sont adressées. Son père, en raison de sa grande beauté, décide alors de l’enfermer dans une tour. Lors de son absence, Barbe embrasse pleinement la foi catholique. Une conversion qui l’amène à faire percer une troisième fenêtre à la tour, qui n’en compte que deux, en l’honneur de la Trinité. Fou de rage en apprenant cela à son retour, son père la livre au juge qui la condamne à mort. Barbe subit de nombreux supplices avant d’être décapitée par son propre père, qui meurt foudroyé juste après l’avoir exécutée.

Cette référence à la foudre, et par extension au feu et aux explosions, a fait d’elle la sainte patronne des artilleurs mais également des sapeurs, des mineurs, des armuriers, des artificiers, des pompiers et plus généralement de tous ceux qui courent le risque d’une mort subite.

Les orifices des pots acoustiques sont visibles au bas de la voute

Les orifices des pots acoustiques sont visibles au bas de la voute

En nous annonçant un prochain concert organisé à Saint Thomas, la jeune guide fait remarquer les orifices des pots acoustiques visibles sur la photo ci-dessus. Pour en savoir un peu plus j'ai trouvé un article sur la filiation entre les "echea" et les pots acoustiques médiévaux.

Encore une visite pleine de charme, mêlant passion de nos jeunes apprentis guides et "science" du blogueur de référence, en complément.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article