Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Η  Γ Λ Ω Σ Σ Α  Μ Ο Υ του Τίτου Πατρίκιου - Ma langue - Titos Patrikios

Aujourd'hui une autre poésie de Titos Patrikios.

Titos Patrikios naît à Athènes en 1928 de parents tous deux comédiens.
Il s’engage tout jeune (1941) dans la résistance contre les nazis au sein de l’EPON (proche du PC grec), puis de l’ELAS (Armée de libération nationale, également dominée par le PC). En 1944 il échappe de peu à une exécution par des membres d’une milice grecque collaborationniste.
Il commence à publier ses poèmes à partir de 1943. En 1946 il débute des études de droit à l’université d’Athènes.
Arrêté en 1951 il est déporté politique dans les îles de Makronissos (51-52) puis d’Aï-Stratis (52-53). C’est au cours de cette déportation qu’il rencontre Yannis Ritsos qui l’encourage à écrire.
1954 voit la publication de son premier recueil. Il est cette même année cofondateur de la revue Epitheorissi tèkhnis, revue des arts et des lettres qui occupera désormais un rôle central dans les débats artistiques et intellectuels.
Entre 1959 et 1964 il s’exile à Paris, où il poursuit des études de philosophie et de sociologie (Sorbonne et EPHE), mène des activités de chercheur (CNRS) et de traducteur.
En 1964 il retourne en Grèce où il rompt deux ans plus tard avec le PC suite à l’affaire Siniavki-Daniel.
Lors du coup d’état des colonels, il est de nouveau contraint à l’exil et retourne à Paris. Il travaille à l’UNESCO et à la FAO. En lien avec d’autres exilés, il mène des activités de résistance contre la junte....

Sources :

 

L'arbre généalogique des langues - Minna Sundberg

L'arbre généalogique des langues - Minna Sundberg

Η  Γ Λ Ω Σ Σ Α  Μ Ο Υ

του Τίτου Πατρίκιου

 

Τη γλώσσα μου δεν ήταν εύκολο να

 τη φυλάξω                            

ανάμεσα σε γλώσσες που πήγαιναν να

την καταβροχθίσουν

όμως στη γλώσσα μου συνέχιζα πάντα

να μετράω

στη γλώσσα μου έφερνα το χρόνο στα

μέτρα του κορμιού

στη γλώσσα μου πολλαπλασίαζα την

ηδονή ως το άπειρο

μ’ αυτή ξανάφερνα στο νου μου ένα

παιδί

με άσπρο σημάδι από πετριά στο κου-

ρεμένο του κεφάλι.

Πάσχιζα να μη χάσω ούτε μία της

Λέξη

Γιατί σ’ αυτή τη γλώσσα μου μιλούσαν

κι οι νεκροί.

 

Από την «Ηδονή των παρατάσεων», εκδόσεις Κέδρος, 1998


MA LANGUE


J'ai eu du mal à préserver ma langue

parmi celles qui viennent l'engloutir

mais c'est dans ma langue seule que j'ai toujours compté

par elle j'ai ramené le temps aux dimensions du corps

par elle j'ai multiplié jusqu'à l'infini le plaisir

par elle je me rappelle un enfant

et sur son crâne rasé la marque d'un caillou.

Je me suis efforcé de ne pas en perdre un mot

car tous me parlent dans cette langue — même les morts.

 

(La volupté des prolongations)

 

Traduction : Michel Volkovitch

Nota : (Elle n’est ni ethnologue, ni linguiste mais une talentueuse artiste digitale… Minna Sundberg a brillamment mis en image l’origine des langues sous forme d’un arbre généalogique. Celui-ci décrit parfaitement les liens qui existent entre les différents langages répertoriés dans le monde)

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article