Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Πιγκουΐνος ή Πώς κλειδώθηκα έξω απ’ το σπίτι - PINGOUIN, COMMENT JE ME SUIS ENFERMÉ DEHORS - Vassilis Amanatidis

Poésie grecque, aujourd'hui, avec un auteur contemporain Vassilis Amanatidis :

Vassilis Amanatidis est né à Édesse, dans le nord de la Grèce, en 1970. Il a grandi à Thessalonique, où il vit actuellement. Il a étudié l'histoire et l'archéologie à l'Université Aristote de Thessalonique (maîtrise et doctorat en histoire de l'art) et a travaillé comme conservateur d'art au Centre d'art contemporain de Thessalonique. Il est actuellement professeur de littérature et traducteur. Il a publié cinq recueils de poésie et des pièces de théâtre.

Illustration de Jan Will

Illustration de Jan Will

Πιγκουΐνος ή Πώς κλειδώθηκα έξω απ’ το σπίτι


Χτυπάει η πόρτα. Ναι;
τη ρωτώ, μα δεν απαντάει
Άρα κανείς
Και λέω Ας δω το ματάκι
μήπως κάποιος που είναι βουβός
ενεδρεύει

Ανοίγω: εκεί κάτω
Ένας πιγκουΐνος στο φως
Με μάτια φωσφόρου κλειστά
με κοιτάζει
Ντροπαλός, μα ξυνόταν και στην πλάτη
ξεδιάντροπα

Δεν ρωτάω Τι θέλεις εσύ
Καμπουριάζει ελαφρά
και μου δείχνει –
με φτερό σαν επίμονο χέρι– το
Σπίτι. Μα με μιας ξεγλιστράει
ποτ ποτ στα σκαλιά

Κοιτάζω: λείπουν τα έπιπλα, στάζει
η θερμάστρα μου χιόνι. Μα κλείνει
η πόρτα. Κλειδώθηκα έξω. Σαλεύει
στον διάδρομο μια μαύρη σελήνη

Την πόρτα χτυπάω Αχ, κλειδώθηκα έξω!
Μα δεν απαντάω
Άρα κανείς.
Και λέω Ευθύς, απ’ το ματάκι θα δω
αν εγώ κατοικώ
στο σπιτάκι μου ακόμη

Εμένα δεν βλέπω

μα στο σαλόνι
η Ανταρκτική:
Κάτασπρη
Ολόκληρη
Λάμπει –κυρτή

© Από το: Τριαντατρία, Γαβριηλίδης, Αθήνα 2003.

Pour écouter la poésie, c'est par ici


PINGOUIN
COMMENT JE ME SUIS ENFERMÉ DEHORS


La porte frappe. Oui?
j’interroge, mais pas de réponse
Donc personne
Alors je dis Regardons par le judas
c’est peut-être un muet
embusqué

J’ouvre et là à mes pieds
un pingouin en pleine lumière
ses yeux de phosphore mi-clos
me regarde
Timide, mais il se gratte le dos
Sans se gêner

Je ne demande pas Que veux-tu
Il courbe le dos légèrement
et me montre –
de son aile comme une main insistante– la
Maison. Puis d’un coup il s’esquive
ploc ploc par les escaliers

Je regarde: plus de meuble, de la neige coule
de mon radiateur. Mais la porte
se ferme. Je suis enfermé dehors. Dans le couloir 
une lune noire se déplace

Je frappe à la porte. Ah! Je suis enfermé dehors! 
Mais pas de réponse
Donc personne.
Je me dis Direct par le judas je verrai bien
si c’est moi qui habite
encore chez moi

Moi, je ne me vois pas

Mais dans le salon
L’Antarctique:
Tout blanc
Tout entier
Brille - arqué 

 

Trente-trois, 2003 / Traduction: Hélène Zervas.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article