Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Poésie espagnole mise en musique par Paco Ibanez

De très beaux textes, une musique assez lente, pour que l'on puisse bien comprendre les paroles ; les albums de Paco Ibanez ont accompagné naturellement mon apprentissage de l'espagnol. 

J'ai choisi, comme exemple, une version chantée par Paco Ibáñez du poème le plus admiré de José Agustín Goytisolo.   Le poète avait dédié ce texte à sa fille, à laquelle il voulait transmettre ses connaissances et son expérience pour l’aider à survivre dans un monde placé sous le signe de la douleur. Il s’agit également d’un hommage à sa mère, qui trouva la mort dans un bombardement par les troupes franquistes en 1938.
Le thème, inclus pour la première fois dans le disque « Paco Ibáñez 3 » (1969), dont le peintre Antonio Saura réalisa la pochette, fait également partie de l’album mythique « Paco Ibáñez à l’Olympia » (1969), ce qui en fait l’une de ses chansons les plus connues.

 

Le poète José Agustin Goytisolo.

Le poète José Agustin Goytisolo.


Tú no puedes volver atrás,
Porque la vida ya t' empuja,
Como un aullido interminable,
Interminable.


Te sentirás acorralada,
Te sentirás, perdida o sola,
Tal vez querrás no haber nacido,
No haber nacido.


Pero tú siempr' acuérdate
De lo que un día yo escribí
Pensando en ti, pensando en ti,
Com' ahora pienso.


La vida es bella ya verás,
Com' a pesar de los pesares,
Tendrás amigos, tendrás amor,
Tendrás amigo.


Un hombre solo, una mujer,
Así tomados, de uno en uno,
Son como polvo, no son nada,
No son nada.

Entonces siempr' acuérdate
De lo que un día yo escribí
Pensando en ti, pensando en ti,
Com' ahora pienso.


Otros esperan que resistas,
Que les ayude tu allegria
Que les ayude tu cancion
entre otros canciones...

Nunca te entregues, ni te apartes,
Junto al camino, nunca digas
No puedo más y aquí me quedo,
Y aquí me quedo.

Entonces siempr' acuérdate
De lo que un día yo escribí
Pensando en ti, pensando en ti,
Com' ahora pienso.

La vida es bella ya verás,
Como a pesar de los pesares,
Tendrás amigos, tendrás amor,
Tendrás amigo.

No sé decirte nada más,
Pero tú debes comprender,
Que yo aún estoy en el camino,
En el camino.

Pero tú siempr' acuérdate
De lo que un día yo escribí
Pensando en ti, pensando en ti,
Com' ahora pienso.



Artiste : Paco Ibáñez
Album : La poésie espagnole de nos jours et toujours
Date de sortie : 1969

Ci-dessous, un essai de traduction du sens (comme toujours pour la poésie, il est presqu'impossible de rendre la beauté et la musique des mots...)

Paroles pour Julia

Tu ne peux revenir en arrière,
Parce que la vie te pousse,
Comme un hurlement sans fin
Sans fin.

Tu te sentiras coincée,
Tu te sentiras perdue ou seule,
Parfois tu souhaiteras de ne pas être née,
ne pas être née.

Mais tu dois toujours te rappeler
De ce que j'ai écrit un jour
en pensant à toi, pensant à toi
Comme maintenant, j'y pense.

La vie est belle, tu verras
Parce que, malgré tout,
Tu auras des amis, tu auras un amour
Tu auras un ami.

Un homme seul, une femme,
Ainsi pris un à un,
sont comme de la poussière, ils ne sont rien,
Ils ne sont rien.

Mais tu dois toujours te rappeler
De ce que j'ai écrit un jour
en pensant à toi, pensant à toi
Comme maintenant, j'y pense.

D'autres espèrent que tu résistes
Que les aide ta joie
Que les aide ta chanson
entre d'autres chansons

Ne cède jamais, ni te détourne pas
Le long du chemin, ne dis jamais
Je n'en peux plus, je reste ici
Je reste ici.

Mais il faut toujours te rappeler
De ce que j'ai écrit un jour
en pensant à toi, pensant à toi
Comme maintenant, j'y pense.

La vie est belle, tu verras
Parce que, malgré tout,
Tu auras des amis, tu auras un amour
Tu auras un ami.

Je ne sais te dire rien de plus,
Mais tu dois comprendre,
Je suis toujours sur la route,
Sur la route.

Mais il faut toujours te rappeler
De ce que j'ai écrit un jour
en pensant à toi, pensant à toi
Comme maintenant, j'y pense.


 

Et pour celles et ceux qui comprennent l'espagnol sans sous-titre un reportage de la RTVE sur ce poème avec des interviews de la fille (Julia) et de la femme du poète avec des témoignages sur le pouvoir de cette chanson en Chili, sur le lien de cette chanson avec la mort de la mère du poète.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article