Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Ιθάκη - Ithaque

Une poésie très connue aujourd'hui de Constantin Cavafy lu dans sa version originale par l'actrice grecque Eli Lambeti et dans sa version française par G. Galienne.

Ulysse et les sirènes - Marc Chagall

Ulysse et les sirènes - Marc Chagall

Ce poème, intitulé Ithaque, nous le devons à l’une des plus belles plumes grecques du XXe siècle : celle de Constantin Cavafis. 

En 1911, quand il écrit cette magnifique invitation au voyage, le poète a 48 ans ; et cette année marque pour lui le début de sa maturité poétique. Mais, chose étonnante : cet auteur, qui parle si bien du voyage, n’a rien d’un grand nomade : Né à Alexandrie en 1863, il y a vécu l’essentiel de sa vie et il y est mort soixante-dix ans plus tard, en 1933.

C’est là, sans doute, la magie de la Poésie. En apparence, Constantin Cavafis présente une biographie sans grand relief, celle d’un Grec aisé, issu d’une famille commerçante dans l’Alexandrie cosmopolite d’alors, et qui occupe, pendant trente ans, un même poste au Service de l’Irrigation.

Il faut lire les poèmes de Cavafis pour découvrir ce qu’une biographie officielle laisse de côté. On y rencontre un passionné d’Histoire, amoureux de la langue grecque ; un homme qui se trouble devant la beauté d’un jeune garçon et tente, sans relâche, de sauver les émotions de l’oubli.

Constantin Cavafis, dans Poèmes :

"Il faudra attendre que je sois complètement démodé pour me découvrir vraiment".


Et comme pour retarder cette découverte, le poète, de son vivant, a dispersé ses mots à tous les vents : ses poèmes, écrits sur des feuilles volantes, étaient volontiers distribués aux amis et aux disciples. Ce n’est donc qu’après sa mort qu’on a pu reconstituer l’œuvre de Cavafis : pas plus de 200 poèmes, plutôt courts, qui redonnent vie aux oubliés de l’Histoire ou aux émois secrets.

 

Source : France Inter

Ιθάκη
Σα βγεις στον πηγαιμό για την Ιθάκη,
να εύχεσαι νάναι μακρύς ο δρόμος,
γεμάτος περιπέτειες, γεμάτος γνώσεις.
Τους Λαιστρυγόνας και τους Κύκλωπας,
τον θυμωμένο Ποσειδώνα μη φοβάσαι,
τέτοια στον δρόμο σου ποτέ σου δεν θα βρεις,
αν μεν' η σκέψις σου υψηλή, αν εκλεκτή
συγκίνησις το πνεύμα και το σώμα σου αγγίζει.
Τους Λαιστρυγόνας και τους Κύκλωπας,
τον άγριο Ποσειδώνα δεν θα συναντήσεις,
αν δεν τους κουβανείς μες στην ψυχή σου,
αν η ψυχή σου δεν τους στήνει εμπρός σου.
Να εύχεσαι νάναι μακρύς ο δρόμος.
Πολλά τα καλοκαιρινά πρωϊά να είναι
που με τι ευχαρίστησι, με τι χαρά
θα μπαίνεις σε λιμένας πρωτοειδωμένους,
να σταματήσεις σ' εμπορεία Φοινικικά,
και τες καλές πραγμάτειες ν' αποκτήσεις,
σεντέφια και κοράλλια, κεχριμπάρια κ' έβενους,
και ηδονικά μυρωδικά κάθε λογής,
όσο μπορείς πιο άφθονα ηδονικά μυρωδικά,
σε πόλεις Αιγυπτιακές πολλές να πας,
να μάθεις και να μάθεις απ' τους σπουδασμένους.
Πάντα στον νου σου νάχεις την Ιθάκη.
Το φθάσιμον εκεί ειν' ο προορισμός σου.
Αλλά μη βιάζεις το ταξείδι διόλου.
Καλλίτερα χρόνια πολλά να διαρκέσει
και γέρος πια ν' αράξεις στο νησί,
πλούσιος με όσα κέρδισες στο δρόμο,
μη προσδοκώντας πλούτη να σε δώσει η Ιθάκη.
Η Ιθάκη σ'έδωσε τ' ωραίο ταξείδι.
Χωρίς αυτήν δεν θάβγαινες στον δρόμο.
Άλλα δεν έχει να σε δώσει πια.
Κι αν πτωχική την βρεις, η Ιθάκη δε σε γέλασε.
Έτσι σοφός που έγινες, με τόση πείρα,
ήδη θα το κατάλαβες οι Ιθάκες τι σημαίνουν.

Κωνσταντίνος Π. Καβάφης
 

 

Ithaque
Lorsque tu mettras le cap sur Ithaque,
fais de sorte que ton voyage soit long,
plein d'aventures et d'expériences.
Les Lestrygons et les Cyclopes,
et la colère de Poséidon ne crains,
ils ne se trouveront point sur ton chemin
si ta pensée reste élevée, si une émotion de qualité
envahit ton esprit et ton corps. Lestrygons Cyclopes,
et la fureur de Poséidon tu n'auras à affronter
que si tu les portes en toi,
si c'est ton âme qui les dresse devant toi.

Fais de sorte que ton parcours soit long.
Que nombreux soient les matins
oú - avec quel délice et quelle joie! -
tu découvriras des ports inconnus,
des ports nouveaux pour toi, et tu iras
t'arrêter devant les échoppes Phéniciennes
pour acquérir les belles marchandises
nacres, coraux, ambres, ébènes
et des parfums voluptueux,
surtout beaucoup de parfums voluptueux;
et tu iras d'une ville Egyptienne à l'autre
pour apprendre, et encore apprendre, de la bouche des savants.

La pensée d'Ithaque ne doit pas te quitter.
Elle sera toujours ta destination.
Mais n'écourte pas la durée du voyage.
Il vaut mieux que cela prenne des longues années
et que déjà vieux tu atteignes l'île,
riche de tout ce que tu as acquis sur ton parcours
et sans te dire
qu'Ithaque t'amènera des richesses nouvelles.

Ithaque t'a offert le beau voyage.
Sans elle, tu n'aurais pas pris la route.
Elle n'a plus rien à te donner.

Et si tu la trouvais pauvre, Ithaque ne t'a pas trompé.
Sage à présent et plein d'expérience,
tu as certainement compris
ce que pour toi Ithaque signifie.

1911 - 32

traduction : François Grandmont

Ici un lien vers une émission de FI consacrée au poète présentée par G. Galienne.

J'écris mes posts souvent en avance utilisant les possibilités de "programmation" d'Overblog. Pour ce post, j'ai longtemps cherché une "lecture" en grec de bonne qualité sonore, mais ai dû me contenter de ce que je trouvais...puis le lendemain, magie des "cookies", j'ai reçu une notification me prévenant de la mise en ligne de la vidéo ci-dessous. Pas mal, non ? et de plus, juste à temps, pour la date programmée de publication de ce post.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article