Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

 Επίλογος - Epilogue de Manolis Anagnostakis

Manolis Anagnostakis

Manolis Anagnostakis

Manòlis Anagnostàkis (1925-2005) fut un combattant. Ses poèmes constituent un journal de bord de la Grèce de gauche, pendant les années terribles de l'occupation allemande, puis de la guerre civile qui la suivit, et enfin de la dictature des Colonels. Il dit la souffrance et l'amertume des vaincus, puis la chute des idéaux. Maniant l'ironie et le sarcasme en virtuose, il devient la mauvaise conscience de sa génération, avant de se taire bien trop tôt.

Anagnostàkis nous laisse une dizaine de recueils, dont Epoques 1, 2 et 3 (1945-51), La suite 1, 2 et 3 (1956-62), La cible (1971), La marge 68-69 (1979) et Post-scriptum (1983).

source : Michel Volkovitch

Durant la guerre civile (1946-1949), le poète est arrêté le 23 octobre 1948 à cause de son appartenance au P.C. clandestin. Il venait de publier Époque 2. Condamné à mort l’année suivante, il n’est pas exécuté, grâce à la mobilisation du monde littéraire, et sera finalement libéré en 1951.

 Επίλογος

Οι στίχοι αυτοί μπορεί και να ΄ναι οι τελευταίοι

Οι τελευταίοι στους τελευταίους που θα γραφτούν

Γιατί οι μελλούμενοι ποιητές δε θα ζούνε πια

Αυτοί που θα μιλούσανε πέθαναν  όλοι νέοι

Τα θλιβερά τραγούδια τους γενήκανε πουλιά

Σε κάποιον άλλον ουρανό που λάμπει ξένος ήλιος                  

Γενήκαν άγριοι ποταμοί και τρέχουνε στη θάλασσα

Και τα νερά τους δε μπορείς να ξεχωρίσεις

Στα θλιβερά τραγούδια τους φύτρωσε ένας λωτός

Να γεννηθούμε στο χυμό του εμείς πιο νέοι.

Manolis Anagnostakis

Epilogue 

(écrit dans la cellule où le poète attendait son exécution)

      Ces vers seront peut-être les derniers                                  

      Les tout derniers de ceux qui vont s’écrire                           

      Car les poètes du futur ont disparu                                         

      Ceux qui pouvaient parler sont morts jeunes                       

      Et leurs chants de douleur depuis sont des oiseaux          

      Dans un ciel étranger sous un autre soleil                           

      Ou des fleuves violents qui courent à la mer                        

      Où nous perdons la trace de leurs eaux                                 

      Dans ces chants de douleur un lotus a grandi                      

      Nous en boirons la sève et renaîtrons plus jeunes.     

      

Traduction : Michel Volkovitch

Anthologie de la poésie grecque contemporaine 1945 – 2000

Ed. Poésie/Gallimard 2000.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article