Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Une poésie d'Archiloque

Poésie grecque aujourd'hui.

Les principales divinités grecques (illustration de Dim. D et Frederico Santagati)

Les principales divinités grecques (illustration de Dim. D et Frederico Santagati)

"Archiloque est connu pour ses satires malicieuses et féroces, redoutées par ses ennemis. Considéré comme le premier poète lyrique grec, Archiloque passe pour avoir inventé la poésie en vers ïambiques, poésie de la passion et de la satire mordante. Seuls quelques fragments de son oeuvre nous sont parvenus. Archiloque de Paros, quant à lui, n'évoque plus la victoire guerrière et la gloire des héros, mais se lamente ou récrimine en considérant ses déboires amoureux.Il exprime librement les joies et les vicissitudes de son existence, dans un style très brutal ; au delà des injures imagées contre ses ennemis, de ses exclamations d'admiration envers tel ou tel, il est surtout remarquable pour sa capacité, très moderne et anti-aristocratique, d'autodérision : ainsi, il peut mettre en scène sa propre lâcheté au combat. Il est considéré comme le créateur de la poésie iambique."

Sources : Le figaro.fr

Ποίηση του Αρχίλοχου 


Καρδιά μου, αμήχανη καρδιά, πώς μπερδεύτηκες έτσι;
Περίπλοκη υπόθεση η δυστυχία. Συγκροτήσου.
Aποφάσισε την αιχμή σου, ισχυρίσου την ορμή σου
τρέξε τὴν ετοιμότητά σου, στάσου την αντοχή σου
Οταν νικᾶς, μην ανοίγεσαι πολὺ στην ικανοποίηση.
Οταν νικιέσαι, μην κλείνεσαι τελείως στην απελπισία.
Συγκρατημένα. Συγκροτημένα.
Δυὸ τρεις κινήσεις ειναι η ζωή. Μάθε τις επιτέλους."

(Αρχίλοχος, μετάφραση: Γιώργος Μπλάνας)

(Traduction en grec moderne Georges Blanas)

Cœur, mon cœur sans espoir, toi que les maux assiègent, 
Résiste et défends-toi, sache éviter les pièges, 
Et si tu vaincs, n’exulte pas, sois sans orgueil ; 
Mais, vaincu, ne va pas gémir menant ton deuil. 
Supporte les malheurs et accepte les joies, 
Puisque c’est le destin de toute créature 
Et le rythme alterné de l’humaine aventure… 


 
Traduction de Marguerite Yourcenar, dans «La Couronne et la Lyre : poèmes traduits du grec», éditions Gallimard, 1979.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article