Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, musiques, lectures, expositions, balades....qui font le sel de la vie !

Drapetsona - Tasos Livaditis et Mikis Theodorakis

Vue de Drapetsona

Vue de Drapetsona

Drapetsona (et sa voisine plus petite Keratsini avec laquelle elle a fusionné depuis) est une banlieue ouvrière d'Athènes, juste à l'Ouest du Pirée, qui s'est développée dans les années 1930 autour d'une usine d'engrais et où de nombreux réfugiés d'Asie mineure se sont entassés dans de petites masures pour aller y travailler. L'usine a fermé dans les années 1990. En 2008, sa carcasse était encore debout). Voici les paroles de cette chanson extrêmement populaire en Grèce (traduction approchante) :

Chaque pierre (était) bâtie avec du sang et du chagrin
chaque clou (était) fait d'amertume et de sanglots
Mais le soir, lorsque nous rentrions du travail
(c'était) rêves et baisers pour nous deux.

(Elle était) Battue par le vent et la pluie
mais c'était un port, un refuge, une douce protection
Ah notre petite maison, elle aussi avait une âme.

Refrain

Prends notre couronne (de mariage) et notre géranium,
à Drapetsona, désormais, nous n'avons plus de vie
Accroche-toi à ma main et partons, mon étoile,
et nous, nous vivrons, même si nous sommes pauvres.

Un lit et un berceau dans le coin,
Par le trou du toit, les étoiles et les oiseaux
A chaque porte la sueur et les soupirs
A chaque fenêtre le ciel.

Et quand le soir arrivait
Dans la ruelle étroite, les enfants disparaissaient (s'amusaient à disparaître)
Ah ! Notre petite maison, elle aussi avait un coeur.

Refrain :

Prends notre couronne (...)

Sources : 

Μ’ αίμα χτισμένο, κάθε πέτρα και καημός
κάθε καρφί του πίκρα και λυγμός
Μα όταν γυρίζαμε το βράδυ απ’ τη δουλειά
εγώ και εκείνη όνειρα, φιλιά

Το `δερνε αγέρας κι η βροχή
μα ήταν λιμάνι κι αγκαλιά και γλυκιά απαντοχή
Αχ, το σπιτάκι μας, κι αυτό είχε ψυχή.

Πάρ’ το στεφάνι μας, πάρ’ το γεράνι μας
στη Δραπετσώνα πια δεν έχουμε ζωή
Κράτα το χέρι μου και πάμε αστέρι μου
εμείς θα ζήσουμε κι ας είμαστε φτωχοί

Ένα κρεβάτι και μια κούνια στη γωνιά
στην τρύπια στέγη του άστρα και πουλιά
Κάθε του πόρτα ιδρώτας κι αναστεναγμός
κάθε παράθυρό του κι ουρανός

Κι όταν ερχόταν η βραδιά
μες στο στενό σοκάκι ξεφαντώναν τα παιδιά
Αχ, το σπιτάκι μας, κι αυτό είχε καρδιά

Πάρ’ το στεφάνι μας, πάρ’ το γεράνι μας
στη Δραπετσώνα πια δεν έχουμε ζωή
Κράτα το χέρι μου και πάμε αστέρι μου
εμείς θα ζήσουμε κι ας είμαστε φτωχοί
 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article