Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Έτσι τον είδα τον αετό - c'est ainsi que j'ai vu un aigle - Takis Mousafiris

Retour des collages aujourd'hui : musique grecque - poésie et peinture  allemandes avec l'aigle comme totem !

Adler - Georg Baselitz

Adler - Georg Baselitz

Τον είδα τον αετό στα δυο στενά
τον είδα με σπασμένα τα φτερά
σε φίλο σε γνωστό να μη μιλάει
στα χέρια του τη νύχτα να κρατάει

Έτσι τον είδα τον αετό πρώτη μου φορά
με το κεφάλι του σκυφτό και χωρίς φτερά

Τον είδα τον αετό στα δυο στενά
να κλαίει σαν παιδί στα σκοτεινά
και να ‘ξερα τι έχει
τι έχει και πονάει
μα έναν αετό ποιος τον ρωτάει

Έτσι τον είδα τον αετό πρώτη μου φορά
με το κεφάλι του σκυφτό και χωρίς φτερά
με το κεφάλι του σκυφτό και χωρίς φτερά
έτσι τον είδα τον αετό πρώτη μου φορά


DER ADLER

Mein Vater ist gewandert, auf dem Gotthard,
Da wo die Flüsse hinab,
Wohl nach Hetruria seitwärts,
Und des geraden Weges,
Auch über den Schnee,
Zu dem Olympos und Hämos
Wo den Schatten der Athos wirft,
Nach Höhlen in Lemnos.
Anfänglich aber sind
Aus Wäldern des Indus
Starkduftenden
Die Eltern gekommen.

Der Urahn aber
Ist geflogen über der See
Scharfsinnend, und es wunderte sich
Des Königes goldnes Haupt
Ob dem Geheimniß der Wasser,
Als roth die Wolken dampften,
Über dem Schiff und die Thiere stumm
Einander schauend
Der Speise gedachten, aber
Es stehen die Berge doch still,
Wo wollen wir bleiben?
[...]


L’AIGLE

Mon père a survolé le Gothard
Descendant, par où vont les fleuves,
Aussi bien par la bande en Étrurie
Que droit chemin,
Sur la neige aussi,
À l’Olympe et dans l’Hémos
Où son ombre l’Athos projette,
Aux grottes de Lemnos.
Mais au commencement
Des forêts de l’Indus
Aux senteurs fortes
Sont mes parents venus.

L’ancêtre, lui
A volé par-dessus la mer
L’esprit en alerte, et s’émerveilla
Le chef d’or du roi
Du mystère des eaux,
Quand les nues fumaient rouge
Au-dessus du bateau et les bêtes muettes
Échangeant des regards
Rêbaient pâture, et pourtant
Les monts se dressent en paix,
Où ferons-nous demeure ?
[...]


Friedrich Hölderlin, Œuvre poétique complète, édition bilingue, Éditions de la Différence, 2005, pp. 864-865. Texte établi par Michael Knaupp. Traduit de l’allemand par François Garrigue.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article