Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

La jeunesse des Morts - Anna de Noailles

Albert Herter - Le départ des poilus

Albert Herter - Le départ des poilus

Donner une voix à la poésie :

Neuf diffuseurs membres de l'UER (Union Européenne de Radiotélévision) participent à ce projet. Les artistes de chaque pays ont été invités à écrire une chanson originale autour du thème « Guerre et Paix ». Chaque proposition est accompagnée d’un clip vidéo artistique de 3 à 5 minutes. Le but étant d’inciter à la réflexion autour de cette thématique toujours actuelle. La musique tel un message universel qui ne nie pas la réalité, mais qui veut garder espoir.

Rosemary Standley et Dom la Nena forment un duo tout en douceur, reposant sur voix et violoncelle. Pour  l'édition 2018 du New European Songbook, les deux femmes ont choisi de mettre en musique le texte "La Jeunesse des Morts" de la poétesse française Anna de Noailles, décrivant des jeunes gens s’en allant à la guerre. A cela, elles confrontent un extrait du roman "Die Katrin wird Soldat" de l’écrivaine allemande Adrienne Thomas. Bien que la France et l’Allemagne furent opposées lors de la Première Guerre mondiale, les textes des deux écrivaines entrent subtilement en résonance, grâce à une brillante musique composée par le duo Birds on a Wire.

LA JEUNESSE DES MORTS

Le Printemps appartient à ceux qui lui ressemblent,
Aux corps adolescents animés par l’orgueil,
À ceux dont le plaisir, le rire, le bel œil
Ignorent qu’on vieillit, qu’on regrette et qu’on tremble.
— Ô guerrière Nature, où sont ces jeunes gens ?
Quel est ton désespoir lorsque saigne et chancelle
La jeunesse, qui seule est fière et naturelle
Et brille dans l’azur comme un lingot d’argent ?
Ces enfants, bondissant, partaient, contents de plaire
Au devoir, à l’honneur, à l’immense atmosphère,
Aux grands signaux humains brûlant sur les sommets.
Ils dorment, à présent, saccagés dans la terre
Qui fera jaillir d’eux ses rêveurs mois de mai…
— Songeons, le front baissé, au glacial mystère
Que la Patrie en pleurs, mais stoïque, permet.

Ils avaient vingt ans, l’âge où l’on ne meurt jamais…

Si vous souhaitez découvrir les autres propositions des membres de l'UER c'est par ici.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article