Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Les créatrices à Rennes

Les créatrices à Rennes

Les femmes peuvent-elles s'émanciper par l'Art ? C'est la question à laquelle l'exposition d'été du musée des beaux arts de Rennes tente de répondre.

"Privilégiant une approche thématique sur une longue durée, elle met en lumière la fonction émancipatrice de l’art, à l’instar de Niki de Saint Phalle qui donnait le « pouvoir aux Nanas ».
Plus de 80 oeuvres se déploient à travers cinq grandes questions :
Comment se libérer de sa condition féminine en bravant les interdits, dans le sillage de Camille Claudel et Orlan ? En quoi la représentation de soi peut-elle prendre une dimension politique en faveur de la reconnaissance des femmes peintres, comme le montre par exemple Élisabeth Vigée Le Brun au XVIIIe siècle ?
Comment renaître de la violence subie – sexuelle ou politique – en « devenant artiste », tel que l’a initié Artemisia Gentileschi ?

Et il n’est pas jusqu’à l’art textile qui ne remette en question la vision stéréotypée des genres, en suscitant le travail avant-gardiste d’un féminin rebelle. Dernier thème, rarement exploré dans les expositions, la question de la spiritualité en art, qui est source d’énergie créatrice pour de nombreuses artistes dans le sillage des visionnaires du Moyen Âge. De cette exposition émerge le formidable apport novateur des femmes, par l’utilisation de nouveaux matériaux et une radicale liberté créatrice."

Camille Claudel, amante dans l’ombre de Rodin, s’invite dans le patio du musée des Beaux-Arts. Sa sculpture dans le marbre, Persée et la Gorgone, est remarquable par sa symbolique. La sculptrice s’y est cachée. La Gorgone décapitée a ses traits. Pour le seul autoportrait de sa carrière elle choisit de se représenter assassinée par l’ordre artistique, bourgeois et masculin.

 

Persée et Gorgone de Camille Claudel

Persée et Gorgone de Camille Claudel

Ce groupe relié représente un couple de danseur. L’homme est entièrement nu, la femme est
drapée à demi d’une jupe flottante, fixée à la taille. Tous deux semblent entraînés par le rythme de la danse.
 

Les différentes versions de La Valse ont imposé Camille Claudel parmi les premiers sculpteurs français du tournant du XIXème siècle. L’esprit de l’Art nouveau de la draperie flottante, inspirée des chorégraphies de Loïe Füller rejoint la tension expressionniste du modelage et de la projection déséquilibrée des personnages dans l’espace. La première version exécutée par l’artiste fait apparaître deux danseurs entièrement nus. Armand Dayot, alors inspecteur des Beauxarts, demanda à l’artiste d’habiller ses personnages. Fin 1892, Camille Claudel proposa une version avec draperie. L’artiste symbolise ici le rythme, la mélodie et l’enivrement. Dès sa première exposition, ce groupe fut accueilli avec enthousiasme par la critique qui insista sur l’ambitieux et savant déséquilibre de l’œuvre.

Les causeuses de Camille Claudel

Les causeuses de Camille Claudel

Dans sa lettre de 1893 à son frère Paul, Camille Claudel évoque un petit groupe de trois personnages, en écoutant un autre, derrière un paravent. Inspirées peut-être d’une scène saisie au vol dans un wagon de chemin de fer, Les Causeuses sont présentées, dans leur version en plâtre, au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts de 1895, puis en 1897, dans une version en onyx et bronze.

 

Présentée comme une Étude sur nature, titre qui lui est donné à l’exposition de 1895, l’œuvre est une des plus originales de Camille Claudel. La version du musée Rodin accentue l’aspect précieux et japonisant de ce groupe de femmes, proches par leur posture de commères gourmandes et curieuses, mais lointaines en même temps en raison de leur nudité, du léger prognathisme de leurs visages et de leurs chevelures. Dans certaines versions, cette dernière tend à devenir un objet quasi autonome qui accentue l’étrangeté de cette scène pourtant familière. D’autres versions de la même œuvre existent dans des collections publiques et particulières dans différents matériaux.

 

Résurrection de Lydie Arickx
Résurrection de Lydie Arickx
Résurrection de Lydie Arickx

Résurrection de Lydie Arickx

Intitulée "Silence", une création de la Franco-Algérienne Zoulikha Bouabdellah

Intitulée "Silence", une création de la Franco-Algérienne Zoulikha Bouabdellah

"C'est une œuvre que j'ai réalisée en 2008 en tant que femme féministe, certes de culture musulmane. Le militantisme des femmes au sein des sociétés musulmanes est un thème qui m'intéresse beaucoup. Cette pièce leur rend hommage. Elle rend hommage à leur dynamisme, elles qui agissent sans haine, sans violence, ni renier leur religion.

L'islam est une belle religion, conforme à la modernité. C'est une civilisation à laquelle je me sens appartenir, tout comme je suis en accord avec la République française et ses symboles. J'ai grandi avec les valeurs de l'islam, mais malheureusement, on a une image erronée des femmes au sein de cette religion. Elles sont vues comme des personnalités figées, indolentes, soumises. Ce n'est pas le cas. Je pense incarner aussi ce qu'est une femme musulmane moderne. Avec Silence, il ne s'agit en aucun cas de taper sur l'islam".

 

 

La célèbre installation d'Orlan : "le baiser de l'artiste" qui a défrayé la chronique en 1977

 

Une occasion aussi de donner à voir des pratiques différentes. « Les femmes – apprend-on – sont novatrices dans l'emploi de matériaux non nobles » ; entendons par là des matériaux souvent réservés aux activités féminines socialement acceptables : le tissu, la dentelle ou la laine. Mais elles sont aussi actives dans « le refus des clivages, l'ouverture à d'autres spiritualités et le désir d'exprimer un point de vue personnel sur le monde. »

 

Les créatrices à Rennes

 

Vous avez le temps de découvrir cette exposition, jusqu'au 29 septembre au Musée des Beaux Arts à Rennes et pour en savoir plus sur les autres lieux où sont déclinés cette expo, cliquez ici.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article