Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Treflevenez et les trésors de l'église Saint Pierre

Parmi les enclos paroissiaux du territoire, l’enclos de Tréflévénez détonne, et étonne si on le compare au faste et à la somptuosité de ses voisins léonards.

Et pourtant, cette église de campagne recèle des richesses insoupçonnables de prime abord, et que l’on ne trouve nulle part ailleurs.

En pénétrant dans l’enceinte, pas de porte monumentale, mais un simple calvaire (1901), pas d’ossuaire complet (1611), mais juste sa façade sauvée de justesse et intégrée dans une maison d’habitation. Même l’église Saint-Pierre, érigée à la fin du 15e siècle dans un style gothique tardif (et maintes fois remaniée au cours de siècles) est d’extérieur modeste.

Toute la majesté de ce lieu atypique se ressent dès que l’on pénètre à l’intérieur de l’église. Les couleurs délicates mêlant le bleu au blanc avec des touches d’or aspirent à la sérénité. La simplicité apparente sert d’écrin à de véritables trésors. Les sablières du XVIe siècle reprennent les scènes et paraboles populaires des plus étonnantes. Sur le mur, une peinture de la Crucifixion (1696) a été mise au jour lors de la dépose du retable du rosaire.

À signaler enfin, le chemin de Croix réalisé en 2005 par un artiste roumain, Valentin Scarlatescu, qui, à lui seul, mérite le détour.

Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre

J'ai eu beaucoup de chance, car l'église Saint Pierre était ouverte et j'ai donc pu admirer la richesse de sa décoration.

Édifiée dans un style gothique au XVème siècle, elle sera agrandie en 1589, puis modifiée au XVIIème siècle. Le chevet plat devient alors polygonal. La sacristie est ajoutée en 1715. Son clocher sera modifié en 1730. Elle comprend une nef et bas côtés de six travées, un chevet polygonal. Le vitrail du chœur, en partie du XVIème siècle, représentent des scènes de la passion, crucifixion et l'agonie au centre. Le maître autel date du XVIIème siècle. Son tabernacle en bois polychrome est surmonté d'une coupole tenue par des cariatides. Les sablières de la nef sont de registres variés : fleurs, anges et personnages s'y côtoient. Les engoulants de la poutre centrale prennent la forme de gueules dragons. Chacune des faces de la poutre centrale à engoulants est ornée de motifs stylisés : rinceaux, entrelacs, grecques et frise de motifs carrés. Le renfort de ses extrémités prend la forme de gueules de dragon, qui symbolisent les puissances maléfiques maîtrisées dans ces lieux sacrés. L'église abrite les statues de Saint Roch, Saint Herbot, Saint Pol Aurélien, Saint Goulven, Saint Jacques, Saint Pierre, Sainte Marguerite (dragon tenant un pan de sa robe) et Saint Christophe.

 

Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre

Le Chemin de Croix est l’œuvre d’un peintre originaire de Roumanie, Valentin Scarlatescu. Il a été réalisé pendant l’été 2005.
Il s’agit d’une fresque. La technique consiste à appliquer la couleur sur un enduit à la chaux fraîche (technique dite a fresco en italien). Ainsi les pigments pénètrent dans la masse et sont plus résistants à l’usure du temps.

 

Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre


La nef centrale, de modeste dimension, repeinte en ce début de XXIe siècle par Lionel Panait et l’artiste roumain V. Scarlatescu, produit d’emblée un effet de grand apaisement. L’unité de ton de l’ensemble, en couleurs pastel, donne à cette église de Tréflévénez un caractère incontestable.

Le maître-autel, en tombeau galbé, est du XVIIe siècle. La composition d’ensemble est très élaborée. Outre l’ornementation de colonnettes et ses parements de fleurs, le tabernacle est entouré des quatre évangélistes.

Au-dessus du tabernacle, un Christ enseignant particulièrement dynamique.
Plus haut, dans la tourelle, un Christ porte le globe terrestre surmonté d’une croix. Quatre femmes portent le dôme. Au sommet, un Christ ressuscité « danse » sur le globe terrestre.

 

Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre

La Vierge à l’Enfant, adossée au mur au milieu de la nef, fait penser aux vierges romanes, à ceci près, qu’au lieu du globe terrestre, l’enfant Jésus porte le Livre ouvert.

Les sablières s’étendent de chaque côté de la nef. Elles offrent, souvent avec humour, les motifs les plus divers. Signalons par exemple une parodie de l’enseignement religieux avec un renard malicieux.

Au bas de la nef une petite tribune à balustre est peut-être un vestige d’un ancien jubé.

Le bas-côté Sud

Le bas-côté Sud

La visite de Tréflévénez nous donne l’occasion de distinguer peinture murale et fresque. Dans l’aile sud, il s’agit bien d’une peinture murale mise à jour lors de la restauration, après la dépose du retable.
Cette peinture murale était là comme un retable en trompe-l’oeil. L’iconographie est caractéristique des modèles de la fin du XVIIe siècle : le Christ en croix avec les instruments de la Passion – tenailles, clous, marteaux, vases – et aussi le coq qui réveilla saint Pierre de son rêve à vouloir suivre Jésus jusqu’à la mort alors qu’il venait de nier le connaître.
La colombe et les portes indiquent d’autres ouvertures où les anges nous conduisent.
Voilà une restauration qui, aujourd’hui, nous rend cette peinture cachée depuis 250 an

Le cénotaphe
Le cénotaphe

Le cénotaphe

Nous pouvons voir dans cette église le blason des Huon. Deux sont bien datés : dans le mur sud (1589) et ici (1677). Les armoiries des Huon de Kerézellec sont « deux gueules à cinq croisettes recroisettées d’argent, percées en croix ».
Deux inscriptions émouvantes ornent ce cénotaphe. L‘une en latin : « en hommage éternel à son fils très aimé mort le 15 février 1677 ».
Et, une autre en breton : « en dra bado birviquen ». Selon les prépositions qu’ajoute nécessairement le traducteur, on peut traduire : « jamais quelque chose ne durera » ou au contraire « une chose durera à jamais ».

Le dragon malheureusement caché par des panneaux métalliques...

Le dragon malheureusement caché par des panneaux métalliques...

La sainte Marguerite qui jouxte le baptistère est une statue récurrente dans les enclos, mais chaque fois originale. Marguerite est la sainte patronne des accoucheuses.

Dommage que des panneaux aient été appuyés devant la statue, empêchant d'observer les détails du dragon.

Le retable des anges du purgatoire

Le retable des anges du purgatoire

Au XVIIIe siècle, les prêtres devenant plus nombreux, il a fallu multiplier les autels. Le Concile de Trente n’avait-il pas recommandé la pratique de nombreuses messes pour le repos des âmes du purgatoire ? Nous avons ici une représentation typique de cette pratique.


Tout en haut de l’autel, l’ange à la trompette et au glaive entonne la sonnerie finale. Sur la toile, un ange accompagne l’enfant tandis qu’en arrière fond d’autres se débattent dans les flammes. En haut à gauche, une autre lumière vient du ciel.


De part et d’autre de la toile : saint Pol de Léon, fondateur du diocèse avec son étole, soumet le dragon, figure de tous les maux. A gauche, saint Goulven, son successeur au siège épiscopal de Saint Pol.

Sources : APEVE

Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre

En regardant les livres de chants avant de sortir, j'ai pu remarquer qu'ils étaient en breton... Wikipedia m'a permis de découvrir les liens historiques que la commune a noués avec le breton....

En réponse à une enquête épiscopale organisée en 1902 par Mgr Dubillard, évêque de Quimper et de Léon en raison de la politique alors menée par le gouvernement d'Émile Combes contre l'utilisation du breton par les membres du clergé, le recteur de Tréflévénez écrit : « Trois personnes seulement, l'instituteur, sa femme et l'institutrice, sont à même, en dehors de la famille de M. le maire, de suivre avec fruit des instructions [religieuses] faites en français »

Le 9 janvier 1903, Madec, curé de Tréflévénez, fait partie des 31 prêtres du diocèse de Quimper dont les traitements11 sont retenus par décision du gouvernement Combes « tant qu'ils ne feront pas emploi de la langue française dans leurs instructions et l'enseignement du catéchisme » car ils utilisaient le breton.

et de nos jours :

Le centre Minihi Levenez, voulu par le diocèce, assure une présence chrétienne en langue bretonne dans le diocèce (messe, pèlerinage, revue, maison d'édition). (d'où les missels !)

 

Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre

En sortant, j'ai remarqué une jolie maison appuyée au mur du cimetière.

Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre
Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre

Les enfants de la commune ont la chance de disposer d'un "city stade" avec une vue imprenable sur les monts d'Arrée.

Plus de boulangerie dans le bourg, mais un automate distributeur, comme à la Martyre, alimenté par le boulanger de Sizun, qui vient de reprendre la boulangerie de notre commune....

Et la jolie boite à livres à proximité des tables de pique-nique...

Treflevenez et les trésors de  l'église Saint Pierre

La carte affichant une jolie boucle de randonnée autour de Tréflevenez m'a donné envie d'aller arpenter ses sentiers,  peut-être bientôt...

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article