Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions....qui font le sel de la vie !

Krasopino - un classique du rebétiko revisité par Captain Stambolov

Extrait du film "Mon gendre l'avocat"

Extrait du film "Mon gendre l'avocat"

Les musiciens de Captain Stambolov, héritiers spirituels des ensembles traditionnels bulgares et adeptes des musiques hybrides, proposent un mélange savoureux de folklores d'Europe de l'Est et d'Asie mineure pour nous inviter à la danse, voir même à la transe. Ici, ils relient les cultures des Balkans avec la partie septentrionale de la Grèce. 

Découvrez ici le clip du titre Krasopino, extrait de l'album Balkan Odyssey. Un air ancien de contrebandiers des bas-fonds, chanté dans les prisons d’Athènes et les tavernes pour marins. Il s'agit d'un homme blessé en amour, qui fait ripaille et se noie dans l’alcool pour mettre de côté sa peine. 

Το κρασί δε με μεθάει όσο και να πιω
κράσο πίνω κι είμαι εντάξει όπου κι αν βρεθώ
το πρωί σαν κολατσίσω πίνω μιαν οκά
κι άλλη μια το μεσημέρι θέλω τακτικά
Τέσσερις μισές το βράδυ πρέπει για να πιω
να `ρθω να σου πω γκρινιάρα πόσο σ’ αγαπώ

Δεν ειν’ πολύ, όχι! δεν ειν’ πολύ
κάνω κέφι και πετάω σαν το πουλί

Τα κορόιδα που δεν ξέρουν να γλεντήσουνε
θέλνε με τις λουκουμάδες να μεθύσουνε
και στο δρόμο σαν με δούνε, με πειράζουνε
κράσο ο ένας, κράσο ο άλλος μου φωνάζουνε
Μα εγώ θα πίνω κράσο κούκλα μου χρυσή
δεν φοβούμαι για να σκάσω από το κρασί

Δεν ειν’ πολύ, όχι! δεν ειν’ πολύ
κάνω κέφι και πετάω σαν το πουλί


Le vin, autant que j'en boive, ne me saoule pas
Il me suffit d'en boire pour me sentir bien n'importe où
Le matin, je déjeune avec mon litron
et j'en veux un autre à midi
et le soir, il me faut encore quatre demi-litres
pour oser te dire, grincheuse, combien je t'aime

Ce n'est pas trop, non ! ce n'est pas trop
juste de quoi me donner des ailes

Les petits joueurs ne savent pas faire la fête
ils pensent qu'on s'enivre avec des sucreries
Quand ils me croisent dans la rue, c'est pour me chercher noises
Soiffard ! me dit l'un ; soiffard ! me crie l'autre
Mais quand je bois du vin, ma poupée chérie
je n'ai pas peur de crever d'avoir trop bu

Ce n'est pas trop, non ! ce n'est pas trop
juste de quoi me donner des ailes
 

Traduction : Stixoi.info  Ηλιασ ο Γαλλος, Olivier Goetz

Dans sa version traditionnelle 

Et bien sûr par Haroula...

Question de génération, sans doute, je préfère la version traditionnelle et pour une fois la version chantée par George Tzortzis ! et vous ?

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
une-vie-de-setter

Souvenirs illustrés de petits moments, balades, lectures, expositions.....
Voir le profil de une-vie-de-setter sur le portail Overblog

Commenter cet article